David Ross fera le pont entre le passé et le futur

EHka8ZCXkAEVgJR

Après quelques semaines d’attente, les Cubs de Chicago ont finalement arrêté leur choix sur David Ross pour combler le poste de gérant laisser vacant par le départ de Joe Maddon.

Alors que l’équipe cherche à resurgir après avoir raté les séries éliminatoires pour la première fois en cinq ans, les Cubs font confiance à Ross pour gérer ses amis sans tenir compte de la saison historique de 2016, saison à laquelle lui et d’autres membres de l’équipe actuelle ont participé.

Publicité

Lorsque la recherche d’un gérant a officiellement commencé, le président des Cubs Theo Epstein n’avait pas beaucoup de marge de manœuvre lors des discussions à l’idée de regarder la possibilité d’embaucher un ancien joueur de l’équipe.

« Nous sommes impatients », a déclaré M. Epstein lors de sa conférence de presse de fin d’année le mois dernier. « Nous ne regardons pas en arrière. D’une certaine façon, on a trop mis l’accent sur 2016 et sur le passé. Le lien de Ross avec cette équipe, ou avec certains de nos joueurs existants, ne sera pas une partie importante de l’évaluation. »

Certains souligneront que les autres candidats pour le poste, en particulier l’entraîneur des Astros Joe Espada, n’auraient pas eu besoin de cette justification, parce qu’ils n’ont aucun lien avec l’équipe de 2016.

HYOTJHOJSVFQZIYZW3DUNSSOJQ
Chicago Tribune

Mais le lien de Ross avec son ancienne équipe a peut-être aussi beaucoup de positif.

Publicité

« Ce n’est pas un préjudice, non plus, tant que vous faites confiance à la personne pour le gérer de la bonne façon, et que vous faites confiance aux joueurs pour le gérer de la bonne façon », a ajouté Epstein.

Les Cubs ne sont tout simplement pas inquiets au sujet des amitiés de Ross. Ils veulent seulement qu’il tire le meilleur de ces joueurs. Et à cet égard, ces relations pourraient, et devraient, être positives.

« Nous avons besoin de créer une culture de travailleurs dans le vestiaire », a dit le président. « Nous avons une grande culture. Nous allons essayer de passer au niveau supérieur. »

Et c’est là que l’expérience de Ross entre en vigueur. La culture de la responsabilisation de l’équipe est une des spécialités du natif de Géorgie aux États-Unis. Il avait déjà ce rôle lors de son passage en tant que joueur à Chicago.

« Je dirais que ses liens avec les joueurs de cette équipe, en particulier son lien avec l’équipe de 2016, ne sont pas nécessairement des choses qui vont être importantes pour nous. Ross va être évalué sur le fond, » a terminé Epstein.

L’embauche de Ross par les Oursons se résume donc à une chose : la confiance.

Publicité

L’ancien receveur suivra-t-il les traces d’Aaron Boone, lui qui a cumulé cent victoires à chacune de ses deux premières saisons, après être passé par les studios d’ESPN et être revenu avec son ancienne équipe ?

Interactions du lecteur