Comment se débrouillent les robots arbitres?

Comme vous savez tous, la MLB a finalement décidé d’explorer les robots arbitres pour la saison 2019. Certains partisans sont contre, alors que d’autres sont pour. Ici, qu’importe notre opinion, il s’agit simplement de faire un résumé de l’expérience dans la ligue de l’Atlantique, une ligue indépendante qui, rappelons-le, sert de laboratoire pour la MLB.

Du positif et du négatif en fait

Comme dans la vie, tout n’est pas tout blanc ou tout noir. Certes, il y a certains aspects qui sont géniaux, or d’autres fois le système ABS (Automated Balls and Strike) est moins attirant.

Publicité

Primo, dans les aspects positifs, les calls se font rapidement, ce qui ne dérange pas la fluidité de la partie. Les personnes impliquées dans la joute disent oublier que c’est un robot qui décide du tir.

Cependant, quand ça ne fonctionne pas, le futur du baseball semble loin.

arbitres
Une espèce en voie d’extinction? Crédit photo: littlelague.org

Le système flanche plus souvent qu’on le pense en fait. Assez souvent pour qu’une nouvelle règle soit introduite, stipulant que si l’ABS ne fonctionne pas pour deux frappeurs ou plus dans une demi-manche, le système se « ferme » aussi pour l’autre demi-manche dans un souci d’équité pour les deux équipes sur le terrain.

Quand le système revient, les équipes en sont informées en bonne et due forme.

Globalement, ce que l’on semble dire au travers de la ligue est que le système n’est pas encore prêt pour les grandes ligues. Les langues sales diront que le système n’est pas non plus prêt pour la ligue Atlantique. Cependant, les points positifs sont là.

Publicité

Un avantage aux lanceurs

Il a été prouvé que la zone des prises des humains est plus petite et étroite que celle des robots. En ce sens, moindrement que la balle touche un peu le carré fictif, le tir est considéré comme étant une prise. À ses débuts, plusieurs tirs hauts étaient considérés comme prises et, de ce fait, des ajustements ont dû être apportés afin de mieux correspondre à ce que les frappeurs sont habitués de frapper (les tirs n’étaient tout simplement pas frappables). Il aura fallu cinq à six jours afin d’abaisser la zone des prises.

Mike Soroka
Le Canadien Mike Soroka des Braves d’Atlanta. Crédit photo: SI.com

Les lanceurs de balles rapides sont avantagés par le système TrackMan. Les lanceurs de balles à effets, quant à eux, en sont désavantagés. À leurs dépens, les frappeurs sont moins obligés de s’élancer sur une balle proche de la zone des prises, dont l’arbitre humain, plus souvent qu’à son tour, aurait accordé son aval au lanceur.

En somme, il est évident que si la MLB dépense autant d’argent et investit autant d’énergie dans ce dossier, c’est qu’elle est sérieuse dans son processus.

Ça se fera, reste à savoir dans combien de saisons.

10e manche

  • Les joueurs ne sont pas tous d’accord avec ce principe…

Image par défaut
Maxime Trudeau
Partisan #1 des Royals de Kansas City. Joueurs favoris: Whit Merrifield, Christian Yelich. Passion pour tout ce qui touche le monde du sport et le milieu agricole. Le Plateau Mont-Royal, Montréal. Bachelier Université du Québec à Rimouski, Communication Relations humaines.
Publications: 208