A.J. Hinch explique sa décision concernant Gerrit Cole

Hinch-Cole

Ayayaye. C’est le genre de décision qui le hantera assurément longtemps.

A.J. Hinch a décidé de retirer Zack Greinke très tôt dans le match alors qu’il n’avait accordé que deux coups sûrs. Encore en possession de ses moyens, A.J. Hinch l’a quand même enlevé du match en 6e. À sa défense, c’est rare cette année que Greinke s’est rendu aussi loin dans un match.

C’est un choix, mais un choix qui restera en tête longtemps. Mais en plus de ça, il y a aussi le fait que le gérant des Astros n’a jamais sorti son as lanceur Gerrit Cole. Celui-là même qui a connu des séries de feu, minus un match. Décision que plusieurs ont reprochée au skipper.

Publicité

D’ailleurs, il a tenu à justifier le tout.

«Je ne l’aurais fait lancer que si on était pour gagner la Série mondiale et que nous avions une avance. Il nous aurait aidés à gagner. Il était disponible et j’avais le feeling que c’était un match où il viendrait si on faisait l’égalité ou prenait l’avance Cole serait venu en 9e après Roberto Osuna si on avait conservé l’avance.»

En fait, le plan était clair, Cole ne sortait que si les Astros étaient en position de gagner. Sauf que je me demande la chose suivante : ne veux-tu pas te donner toutes les chances de gagner même quand tu tires de l’arrière d’un ou deux petits points?

Finalement, le plan de Hinch a fait effet boule de neige. Will Harris a octroyé un coup de circuit de deux points et Osuna a donné un point supplémentaire en 8e. Il n’en fallait pas plus pour que ce soit terminé.

Bien sûr, on savait que Cole pourrait lancer avec une capacité limitée, mais il me semble que je prends ça anytime dans ce contexte. Peut-être que d’amener Cole aurait changé la donne pour les Astros.

Même Robinson Chirinos pensait que Cole viendrait lancer.

Publicité

Les Astros ont-ils manqué d’audace?

Du moins, ils ont peut-être vu Gerrit Cole pour la dernière fois, lui qui deviendra agent libre.

Ce dernier n’était d’ailleurs pas très heureux de rencontrer la presse hier.

« Je ne suis pas un employé des Astros. Je suis mon propre représentant. » aurait-il glissé à un porte-parole des Astros avant de s’adresser aux médias.

Y a de l’eau dans le gaz comme on dit.

Publicité

Source : The Score

Interactions du lecteur