Christian Yelich ou l’art de dominer en septembre

On connait tous Monsieur novembre. Qu'on l'aime ou non aujourd'hui en tant que président des opérations à Miami, Derek Jeter a marqué l'imaginaire plus d'une fois au mois de novembre, d'où pourquoi il a ce surnom.

Si novembre appartient à Jeter, le mois de septembre lui appartient à Christian Yelich. Là, je vous entends déjà dire « oui, mais Alexe, on est que le 10 septembre. » Oui, sauf que si l'on combine septembre 2018 ainsi que le rythme actuel de Christian Yelich pour septembre 2019, on peut dire que ce mois lui appartient.

Brewers-marathon-Yelich
Photo : Capture d'écran Brewers

Une dominance de A à Z

Grâce à ses prouesses en 2018, Christian Yelich a mis la main sur le titre MVP de la Nationale tout en amenant ses Brewers dans une course épique des séries. Sérieusement, ils ont simplement manqué de jus, mais nous on offert de bien belles performances, en boni l'image au ralenti de Craig Counsell.

En 28 matchs en 2018, la Christian Yelich a claqué 10 circuits, produit 33 points et affiché une ligne de frappe de .350/.500/.807. Wow! De ses 10 circuits, il en avait frappé 5 en seulement six jours. Grosso modo, Yelich frappait une longue balle par neuf présences au bâton. Si ça ce n'est pas être réglé comme une horloge... je ne sais pas ce que c'est.

Cette année, la vedette des Brewers est sur le même rythme qu'en septembre 2018, voire même plus. En seulement sept matchs de joué ce mois-ci, le numéro 22 a trois circuits, huit points produits, quatre vols de buts et une ligne de frappe de .360/.515/.800 à sa fiche.

Il a encore l'occasion de porter son équipe vers les séries, les Brewers étant à deux matchs du wild card présentement. Un repeat de 2018 c'est possible!

Source : Cut4

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur reddit
Partager sur email
Précédent

Luke Voit sera-t-il de l’alignement des Yankees en séries?

Nicholas Castellanos & Nick Anderson : le jour et la nuit

Suivant