Le temps d’une présence au bâton, Javier Baez a décidé de frapper de la gauche

Baez

Hier soir, les Cubs de Chicago menaient par le compte de 12-5 sur les Reds de Cincinnati. Tradition et logique obligent, la troupe de l’Ohio a donc sorti l’artillerie lourde : un joueur de position au monticule.

Kyle Farmer a donc fait face à Javier Baez, ce qui est à première vue un combat inégal. Qu’à cela ne tienne, Baez a décidé de faire comme la vedette de toute bonne école secondaire en s’handicapant lui-même face à un adversaire plus faible : il a choisi de frapper de son mauvais côté!

Publicité

Le voilà donc, pour la première fois de sa carrière, du côté gauche du marbre. Son élan était fluide (et il a terminé comme Adrian Beltre sur un genou) et il a généré assez de puissance pour pousser la balle au champ, où le voltigeur de centre l’a facilement cueilli.

Baez s’est bien amusé, tout simplement, alors que la marque le justifiait. Le baseball a besoin de plus de Javier Baez.

Castellanos se démarque

L’une des raisons pour laquelle les Cubs menaient par beaucoup, c’est la tenue de Nicholas Castellanos.

Depuis son arrivée dans la Ville des Vents, le voltigeur est tout feu tout flamme. Il frappe pour .424 et compte trois longues balles, dont deux hier soir.

Publicité

Il se veut un bel atout pour Joe Maddon et offre de la profondeur. Si on considère en plus le fait qu’il n’a presque rien coûté aux Cubs, il s’agit d’un bon coup.

Et en parlant de bon coup…

Jonathan Lucroy effectuait ses débuts sous ses nouvelles couleurs. Lui aussi obtenu à faible prix – contre rien, en fait – afin d’offrir de la profondeur, le receveur s’est démarqué en frappant trois coups sûrs et en produisant deux points.

Publicité

Comme quoi ce ne sont pas toujours les grosses acquisitions qui payent le plus.

Interactions du lecteur