Le Comerica Park de Detroit, une farce?

On passe tellement de temps au boulot dans une vie qu’il prime d’être confortable et d’aimer son environnement de travail. Peu importe les conditions ou encore le salaire, dans l’optique d’être le plus performant possible, tout être humain se doit d’être heureux à son lieu de travail.

Malheureusement, ce n’est pas le cas pour Nicholas Castellanos des Tigers de Detroit. Dans un entretien au 97,1 The Ticket, le joueur de champ droit a mentionné que le Comerica Park était une farce (« Comerica Park is a joke! »).

Pourquoi donc le Comerica Park est-il une farce selon lui?

C’est après avoir frappé le coup de circuit gagnant en manche supplémentaire à la fin de leur dernier match, une victoire de 4-3 aux dépens des Blue Jays, que Castellanos a extirpé son venin aux corps médiatiques.

Nicholas Castellanos
Photo: Detroit Jock City

Selon lui, il est tout à fait anormal que la clôture du champ centre se trouve à 420 pieds du marbre (le point le plus long des 30 stades des Majeures) et il suggère de rapprocher cette dernière vers l’intérieur pour pallier ce non-sens. Puis encore, il réitère en mentionnant que les joueurs des équipes adverses se moquent des Tigers lorsque ceux-ci, au lieu de contourner les sentiers pour un circuit, se retrouvent au deuxième ou encore au troisième but seulement.

Cette saison, de ses 11 bombes, seulement trois d’entre-elles sont survenues au Comerica Park et, de plus, de ses 104 en carrière, seulement 44 ont eu lieu à la maison. Ce sont là des chiffres qui tendent à donner raison au numéro 9 de Detroit.

Un commentaire dans l’optique de sortir du Michigan?

Il y a lieu de se demander si cette affirmation a un lien avec la date limite des transactions du 31 juillet prochain. D’ailleurs, en ce sens, des rumeurs le lient au Cubs de Chicago.

Est-ce la fin de sa bonne entente avec ses coéquipiers? Photo : USA Online Journal

Est-ce une stratégie d’annoncer publiquement de la sorte un tel commentaire afin de se faire montrer la porte par les dirigeants? Qui sait? Or, lors du même entretien il en a même rajouté en stipulant qu’il était anormal de frapper une longue balle de 434 pieds et qu’elle se retrouve uniquement dans la première rangée des estrades, faisant référence à une frappe contre Anibal Sanchez lors du 28 juin dernier. Visiblement, il a la mémoire longue!

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur reddit
Partager sur email
Précédent

Atlantic League : les robots sont là pour rester

Une cure de jeunesse pour le Dodger Stadium

Suivant