Juan Soto plus fort que Mike Trout

Mike Trout est un grand. Une légende en devenir qu’on peut voir à l’oeuvre tous les jours. Son nom transcende les barrières et se situe pas mal en haut de la liste dans presque toutes les colonnes.

Bref, Trout est une référence en termes de baseball, et ce, malgré son jeune âge. Il est comparé aux anciens, mais aussi aux joueurs présents et ceux à venir. Le comparable pour évaluer un joueur? Mike Trout, tout simplement, que ça plaise ou non aux gens.

Publicité

De toute façon, qu’on aime ou pas, qu’on soit d’accord ou pas, toute la planète baseball utilise ce référent.

Juan Soto
Photo : USA Today

Juan Soto performant

Je ne sais pas si c’est parce que Mike Trout éblouit tout le monde, mais on a tendance parfois à oublier tout le talent que d’autres jeunes peuvent avoir dans la ligue. C’est le cas avec Juan Soto. Dans l’ombre de Bryce Harper l’an dernier, il éclot telle une fleur au printemps, mais surtout, il a enfin (ou presque) toute la reconnaissance qui lui revient.

Son nom fait peut-être moins les manchettes, mais… Soto est tout simplement plus fort que Trout. Ce n’est pas moi qui le dis, mais bien les chiffres.

Voici un comparatif des statistiques des deux joueurs lors de leurs 200 premiers matchs.

Publicité

Wow

Posted by Samuel Laberge on Thursday, July 18, 2019

Hallucinant, n’est-ce pas? Juan Soto supplante Mike Trout à toutes les catégories. Que ce soit pour les points produits ou encore les circuits et l’OPS. Il a même un ratio de buts sur balles/retraits sur des prises moins élevés que le joueur des Angels.

Est-ce que ça dévalue la sommité que Trout est? Pas du tout. Ça met seulement une chose en lumière : Juan Soto fait partie de l’élite. Juan Soto est performant et tout un joueur. Il écrit en ce moment la légende tout comme Mike Trout le fait.

Bien sûr, ils leur restent beaucoup d’années à avoir sous la cravate et bien des choses peuvent se passer, mais une chose est certaine, les deux auront une belle carrière.

Image par défaut
Passion MLB
Publications: 442