Mickey Callaway se met un pied dans la bouche

S’il y a une certitude dans la vie, c’est qu’il faut compter sur les Mets pour avoir un exemple parfait d’une équipe broche à foin. Il n’y a pas une saison où des histoires pour le moins discutables n’ont pas lieu chez organisation.

La dernière en liste? Une belle engueulade entre un journaliste, Mickey Callaway et Jason Vargas. Vargas a d’ailleurs dû être restreint par ses coéquipiers (dont Noah Syndergaard et Carlos Gomez). À noter toutefois qu’avant que Vargas veuille s’en prendre physiquement au journaliste, aucun joueur n’a fait de mouvement pour s’en mêler sauf Vargas.

Publicité

Ce matin, d’autres détails ont émergé. En gros, Callaway a utilisé plusieurs mauvais mots envers le journaliste et lui a dit que les Mets n’avaient pas besoin de cette bullshit, etc.

Il semblerait que Vargas s’en soit mêlé par la suite lorsque Callaway a menacé de frapper le journaliste. D’ailleurs, le gérant des Mets a demandé à ce que Tim Healey sorte du clubhouse de l’équipe.

Tout indique que Tim Healey du Newsday aurait simplement dit « À demain Mickey», mais clairement Callaway n’a pas apprécié. Ce dernier se défend en disant qu’Healey l’a dit de façon sarcastique.

Publicité

Ça fera

Certes, les joueurs, en général, se porteront toujours naturellement à la défense de leur gérant pour plusieurs raisons comme Vargas l’a fait, mais Callaway est en train de creuser sa propre tombe.

En théorie, un gérant est censé mener ses troupes avec leadership. Il lui arrivera de faire certaines erreurs ou encore de péter les plombs, mais ça fera pour les Mets. Depuis un bon moment, Callaway empile les frasques et ne donne en rien une crédibilité à ce dernier. Même ses propos nous font lever les sourcils.

Callaway n’est clairement pas l’homme de la situation et les Mets devront faire quelque chose.

À ce sujet, l’organisation de New York a publié un communiqué afin de s’excuser publiquement envers ce journaliste sur le beat (qui suit l’équipe). Les Mets ont de plus affirmé avoir des discussions à l’interne avec les gens concernés et qu’ils n’approuvaient pas du tout ce genre de comportement.

Ça sent la fin pour Callaway et ce n’est pas une mauvaise chose.

Image par défaut
Alexandra Philibert
Publications: 1534
Alleyop360Attitude Football