Jamais un frappeur désigné ne remportera le titre de MVP de la Ligue Américaine?

Le frappeur désigné des Red Sox de Boston, J.D Martinez, y est allé d’une affirmation drastique aujourd’hui, et ce, à tort ou à raison.

Le 28 des Sox a déversé son fiel lors d’un entretien avec Chris Mason du Eagle-Tribune en mentionnant que les gens de la Baseball Writers Association of America ne voteraient jamais pour un frappeur désigné pour gagner le titre de MVP de la Ligue américaine.

Publicité

Toujours selon lui, quelle serait la raison pour laquelle les électeurs ne se compromettraient pas à désigner un frappeur désigné? Parce que ceux-ci veulent tous avoir un job au sein des états-majors des 30 équipes du circuit. Ils y vont donc avec des choix populaires suivant le mouvement en lien avec leur futur choix de carrière potentiel.

Pour le joueur américain de 31 ans, le MVP devrait être voté par les joueurs, car lorsque ces derniers votent, ils font du bon boulot.

JD Martinez
Photo : Sportsnet

Un choix qui ne fera jamais l’unanimité

Publicité

L’an dernier, malgré une saison du tonnerre, Martinez a terminé loin derrière, au quatrième rang, dans la course au MVP, voyant son coéquipier Mookie Betts rafler les grands honneurs. Pour l’histoire, rappelons que du côté de la Ligue nationale, c’est Christian Yelich des Brewers de Milwaukee qui remporta le titre.

Certes, Martinez soulève un bon point en rappelant que jamais dans la riche histoire du baseball, un DH n’a remporté le titre de MVP. Est-ce pour la raison stipulée? Peut-être que oui, peut-être que non. Cependant, notons qu’il y a souvent mini controverse autour du gagnant. Est-ce qu’un lanceur « mérite » réellement de remporter un titre de MVP? Certains affirment que oui, et encore, certains affirment que non, en lien avec le fait qu’ils ne font office qu’une partie sur cinq. Pourtant, the name of the game is pitching! Est-ce que les artilleurs ne devraient-ils pas se contenter du Cy Young comme titre suprême? Bonne question! Comme les lanceurs n’apportent pas grand-chose en offensive et qu’il y a déjà eu des gagnants, pourquoi un frappeur désigné qui n’apporte presque rien en défensive ne pourrait-il pas être champion?

Clayton Kershaw, en 2014, est le dernier lanceur à avoir remporté le titre de MVP. Photo : foxsports.com

Une évolution du rôle

Est-ce que le cri du cœur de J.D Martinez fera changer les choses, alors que le rôle de frappeur désigné est en révolution dans les Majeures? Les cogneurs à la Big Papi étaient, il n’y a pas si longtemps, les joueurs les plus importants des équipes, les gars autour desquelles on construisait les formations. En 2019, la vocation du frappeur désigné est sujette à changement, ce qui n’aidera surement pas la cause à Martinez.

Image par défaut
Maxime Trudeau
Partisan #1 des Royals de Kansas City. Joueurs favoris: Whit Merrifield, Christian Yelich. Passion pour tout ce qui touche le monde du sport et le milieu agricole. Le Plateau Mont-Royal, Montréal. Bachelier Université du Québec à Rimouski, Communication Relations humaines.
Publications: 165