fbpx

Griffin 26 : une lecture fort sympathique

Pour le (très) peu de livres que j’ai lu dans ma vie, je dois dire que j’ai bien aimé l’autobiographie de l’ancien joueur de baseball Marc Griffin, Griffin 26. Le rêve est un sujet omniprésent dans ce bouquin. Grâce à Marc (ou Mark, ça dépend!), il m’a été permis de caresser, le temps d’un trop court instant, la sensation du rêve de tout jeune athlète, peu importe le sport, le sexe ou l’âge; celui de devenir un professionnel et jouer dans la cour des grands auprès de ses idoles.

Accomplissements

Le livre, écrit au temps présent, relate tous les efforts et les sacrifices, autant sur le terrain qu’à l’extérieur, qu’il faut pour réussir sa vie que l’on soit tout jeune ou devenu adulte, sportif ou non. J'aime le parallèle possible avec un parcours normal. Son histoire, je la sens, je la vis avec lui lorsqu’il me la raconte. Je feel que le 26 est un être fort émotif comme moi, d’où fort probablement pourquoi je me sens aussi interpellé par son œuvre. Sûrement, un peu, aussi en lien avec ses relations amoureuses un brin compliquées… mais ça, c'est une autre histoire.

Marc Griffin
Marc Griffin au lancement de son autobiographie Griffin 26. - Photo: Maxime Trudeau

On y ressent l’excitation des nombreuses réussites, les joies du succès, mais aussi la colère noire qui peut ronger jusqu’aux entrailles un être humain fier, qui vit un sentiment d’injustice profond, sans oublier les échecs et les léthargies. Des thèmes typiques qui font parties d'un bon livre.

Porter par le rêve

C’est ce que l’on doit retenir, je crois, de la carrière de l’ancien de l’organisation des Dodgers et des Expos.

Son rêve de jouer au hockey comme son idole Peter Stastny, d’ailleurs la raison pour laquelle le numéro 26! Son rêve de côtoyer Gary Carter et de jouer au Stade olympique dans l’uniforme des Expos. Mais, surtout, son très grand rêve de participer aux Jeux olympiques qui l'a suivi toute sa jeunesse et qui a forgé l’homme qu’il est.

Tous ces rêves se construisant auprès des gens qu’il aime, ses parents, ses frères ainés ses coéquipiers et son bon ami Bed, comme quoi, on a toujours besoin de l’aide des autres dans la vie.

Marc Griffin
Lors du lancement de Grand chelem. Maxime Trudeau et Marc Griffin. - Photo: Maxime Trudeau

Exploiter ses forces

La vie est parsemée d’impondérables. Une blessure, un changement d’adresse, un autre joueur repêché au même poste que toi dans une organisation, un tel entraineur, et j’en passe. Il y a tant de choses que l’on ne peut contrôler dans la vie.

Cependant, sur le peu qu’il y a en mesure de contrôler justement, l'auteur nous rappelle que la façon d’exploiter ses forces est importante. C’est ce qui a fait en sorte que l’homme de 50 ans a pu se rendre aussi loin dans sa quête, son rêve selon lui.

Certes ce roman porte sur le baseball, mais Marc Griffin va un peu plus loin en disant de saisir ce que la vie a à nous offrir, qu'il n'en tient qu'à nous.

Griffin 26 offre un beau moment de lecture où nous revivons certains moments des Expos et j'ai adoré. Surtout sur les moments mentionnant Felipe Alou.

Bref, un livre très intéressant.

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur reddit
Partager sur email
Précédent

MLB en bref : Un recul dans la réhabilitation de Jose Altuve | James Paxton de retour | Une ville de sports

Derek Dietrich, chasseur de Pirates

Suivant