Derek Jeter est en colère

Tiens, il me semble que ça fait un bail qu'on a pas jasé de l'ancienne vedette des Yankees, maintenant propriétaire des Marlins. Un dimanche ensoleillé est donc parfait pour le faire... quoiqu’il ne fait pas vraiment soleil du côté des Marlins sur le terrain ou tout simplement partout.

Pas content

Le principal intéressé n'est absolument pas satisfait des débuts de son équipe qui présente une fiche de 9-23 (.283). On peut comprendre l'insatisfaction du proprio, mais en même temps, on ne peut pas dire qu'il s'est arrangé dans la dernière année pour que sa formation connaisse du succès en 2019. Surtout avec tous les bons joueurs qu'ils avaient en main et des retours d'échange pour le moins discutable... On a qu'à penser à l'échange de Christian Yelich par exemple...

Yelich est en feu depuis qu'il est avec les Brewers, tout en gagnant un titre de MVP.

Enfin bref, Jeter s'est adressé aux médias pour la première fois cette saison (je ne sais pas s'il se cachait, mais ça ressemble un peu à ça.

Pour Jeter, les Marlins ont des problèmes du côté de la performance, de l'assistance ainsi que les opérations d'affaires. T'sais quand ça va ben. Par contre, aucun avec les zones d'ombre qu'il peut y avoir sur le terrain.

Un fait relevé par certains journalistes à la suite de commentaires de quelques joueurs des Nationals de Washington disant que la visibilité était dangereusement faible lors d'un match à 13h00 avec le toit ouvert. Rappelons que les Nationals ont d'ailleurs gagné ce match, du 21 avril 2019, 5-0...

« On parle de l'ombre? Tous les stades du pays ont de l'ombre ou beaucoup de soleil quelque part. Avez-vous déjà joué en série lors d'un match à 16h? J'ai joué au baseball, je sais comment les zones d'ombre peut-être mauvaises et frustrantes. On a plus de problèmes que des zones d'ombre à 13h00 l'après-midi.» - Derek Jeter.

Derniers partout

Ce n'est pas étonnant si je vous dis que les Marlins ont la pire fiche de la ligue ni si je vous dis qu'ils sont derniers pour les tourniquets. En moyenne, moins de 10 000 personnes se pointent le bout du nez par match au Marlins Park.

Afin de brasser un peu ses cartes, Derek Jeter et son groupe ont renvoyé le président des opérations commerciales, Chip Bowers, un ancien membre du marketing des Warriors de Golden State (NBA). Il aura passé au bas mot 14 mois seulement avec l'organisation.

« Tout ça a un lien avec notre stratégie d'affaires complète. On sentait qu'on devait faire un changement, nous avons des attentes très hautes et certaines n'ont pas été comblées. » - Derek Jeter.

Mais, est-ce que ce geste est assez? Pas vraiment!

La tête dans le sable

Le problème, c'est que Derek Jeter croit que tout le monde sait que les Marlins sont meilleurs que ce qu'ils proposent présentement sur le terrain. Même s'il ne devrait pas y avoir une personne heureuse de leurs récentes performances chez les Marlins. Puis, il ajoute qu'il aimerait voir plus de gens au stade, parce qu'ils travaillent fort afin de regagner la confiance des partisans des Marlins.

Le problème, c'est que Jeter se met un peu la tête dans le sable. C'est bien beau entamer une reconstruction, mais il faut la faire intelligemment. Rien ne démontre dans le moment que c'est le cas. Une vente de feu a été effectuée, certains retours restent avec des points d'interrogation et rien n'est très lumineux pour la suite.

Derek Jeter est en droit d'être en furie. Après tout, c'est un fier compétiteur et si un propriétaire ne l'était pas, on se poserait des questions. Par contre, il devrait se retirer un peu la tête du sable, car les Marlins sont en partie dans cette situation à la suite de décision douteuse et d'une vente de feu intense lors des derniers mois.

Source : AP News

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur reddit
Partager sur email
Précédent

Une mauvaise nouvelle pour les Yankees… et certains poolers

Les Jays se doivent de rappeler ce joueur

Suivant