Chris Paddack ne serait-il pas un peu jaloux?

Si pour certains grands noms de la butte le début de saison est synonyme de déboires, pour d’autres, tout va pour le mieux. Tout particulièrement pour l’artilleur des Padres de San Diego, Chris Paddack.

Hier soir, le jeune lanceur de San Diego a ajouté Jacob deGrom et Pete Alonso à sa liste de victimes et s’affirme sans conteste comme l’un des tout meilleurs dans la Ligue nationale.

Publicité

Des ligues mineures à mon pool

Départ après départ, Chris Paddack confirme tout le bien qu’on pense de lui. La recrue de 23 ans a même gagné sa place dans mon pool de baseball le mois dernier et nul besoin de dire que grâce à sa performance d’hier soir, ma semaine a plutôt bien commencée.

Hier soir, Paddack s’est offert les Mets de New York sur un plateau en passant 11 joueurs dans la mitaine. Empochant ainsi la victoire, sa troisième de la saison.

Lorsqu’on rive les yeux sur les colonnes de statistiques, le nom de Chris Paddack revient souvent en tête de lice. Avec une MPM à 1.55 et en accordant que .130 de moyenne au bâton à ses adversaires, .193 d’OBP et .196 de SLG, Chris Paddack ne fait de cadeaux à personne.

Pour la première fois dans l’histoire récente de la MLB, un lanceur a aligné sept départs où il a accordé moins de cinq coups sûrs.

Publicité

Si le nom de ce joueur n’allume pas quelque chose en vous, il est grand temps de vous y mettre.

Un duel dans le duel

Excellent sur la butte, Chris Paddack l’est peut-être un peu moins devant un micro. Avant la rencontre d’hier et son affrontement avec la sensation des Mets Pete Alonso, Paddack, tel un boxeur en conférence de presse avant son combat, avait mis les choses au clair : le meilleur, c’est lui, et ce, malgré le titre de « meilleure recrue du mois » obtenu par Alonso quelques jours auparavant.

« Alonso est un grand joueur … Mais moi je vois les choses ainsi : voulez-vous être le meilleur joueur du mois ou la meilleure recrue de l’année? On verra bien en fin de saison qui aura le dernier mot … Je vais m’imposer face à lui » – Chris Paddack

Et le meilleur, il l’a été dans ce duel en envoyant Alonso au tapis à trois reprises.

Pour Alonso, Paddack en fait un peu de trop. Le joueur des Mets ne voit pas l’intérêt de remuer ciel et terre pour ce titre honorifique obtenu au mois d’avril. Il reste cinq mois à la saison et les choses peuvent changer. Pour Alonso, Paddack est tout simplement « jaloux ».

Une chose est sûre, ces deux joueurs ne passeront pas leurs prochaines vacances ensemble.

Default image
Sébastien Tabary
Alleyop360Attitude Football