Adam Ottavino n’a pas peur des blessures

En pleine forme, les Yankees ont pris les devants dans la division Est de l’Américaine aux dépens des Rays, pourtant pas devenus mauvais du jour au lendemain. Les Yankees cartonnent en attaque et leur relève fait le boulot. Adam Ottavino a une part tout à fait prépondérante dans ce succès actuel.

Un très beau début de saison pour l’ancien des Rockies

Le natif de New York est donc revenu chez lui après plusieurs années passées au Colorado. Sa campagne 2018 a été de très grande qualité et l’autonomie lui a été très profitable : il a signé un contrat de trois ans pour une valeur de 27 millions de dollars. Force est de constater que son début de saison a donné raison aux dirigeants des Yankees.

Publicité
Capture
Source : espn.com

Il accorde encore moins de points que l’an dernier et sa moyenne de retraits sur des prises garde une tendance tout aussi impressionnante. Ottavino est donc resté le même lanceur de qualité qu’il était à Denver. Le lanceur donne peut-être un peu de plus de buts sur balles, sans conséquence toutefois.

Une carrière en dents de scie

Pourtant, Ottavino n’a pas toujours été aussi dominant. Les campagnes 2013 et 2016 ont été très bonnes. Parlez-en aux fans des Rockies qui ont regretté de le voir partir en fin de saison dernière. Il a été l’une des pièces maîtresses de la très belle année des Rockies jusqu’en séries éliminatoires.

Celle de 2017 très décevante et en 2015, il n’a presque pas joué à cause d’une blessure. L’irrégularité et les pépins physiques l’ont donc toujours empêché d’enchaîner deux saisons de bonne qualité.

En parlant de blessure, il y a fait référence dans une déclaration intéressante qui fait mention de son travail et de sa motion sur le monticule :

Publicité
Adam Ottavino
Photo : Mike Stobe/Getty Images

« Je n’ai aucun intérêt à changer la mécanique de mon bras. Je suis performant uniquement grâce à la manière bizarre dont je lance. Je prendrai le risque de me blesser afin d’être plus performant. J’ai toujours fait comme cela depuis longtemps et j’ai même subi une opération. C’est comme ça. »

La technologie, oui. Mais surtout l’instinct…

Dans un article très intéressant sur Sport Techie à propos du travail qu’il a longtemps effectué avec une assistance technologique très poussée, il évoque ses défauts au lancer. Parfois invisibles à vitesse réelle, ces défauts apparaissent au grand jour grâce à des caméras qui filment en haute définition et permettent de scruter chaque détail des mouvements opérés par les lanceurs.

Ses défauts, il les connait donc, et même s’il reconnait l’aide incommensurable que lui apporte la technologie, il a pris le parti de ne pas y donner une importance capitale.

Ottavino est performant et son choix lui donne raison. Il fonctionne à l’instinct, au feeling, et il semble vouloir continuer ainsi. Pour le plus grand bonheur des Yankees.

Source : sporttechie.com

Default image
Damien Bourlet
Un français qui joue au baseball, qui regarde du baseball, et qui le commente en toute humilité, avec les yeux d'un enfant admiratif de ce sport fantastique.
Alleyop360Attitude Football