fbpx

« Les arbitres sont littéralement désemparés sur le terrain! » – Andy Green

Les Padres de San Diego offrent du baseball très inspiré depuis l'amorce de cette campagne 2019. Les jeunes contribuent, les vétérans s'imposent sur le terrain et à l'extérieur de celui-ci. Enfin bref, les gens sont gâtés de vivre ces beaux moments, qui concordent avec l'arrivée de Manny Machado et l'émergence de Fernando Tatis Jr. Une fiche de 11-6... Certes, la saison est jeune, mais personne ne voyait cette formation trôner au sommet de l'Ouest de la Nationale.

Les Padres, gérés par Andy Green, jouaient contre les pauvres D-Backs de l'Arizona lors du dernier week-end, et celui-ci, Green, est sorti furieux de cette série. Pas pour le résultat, mais bien pour une situation où les officiels n'ont pas fait complètement leur boulot en laissant passer certaines choses évidentes à l'oeil nu (lors du match de dimanche). Voici d'ailleurs cette séquence qui a fait sourciller le gérant des Padres :

Une loi non écrite indique qu'une équipe peut se venger si l'un des joueurs de celle-ci a été atteint par un tir au préalable. Ça fait préhistorique, mais ça fonctionne encore de cette façon. Eduardo Escobar, des D-Backs, a été atteint par un lancer au préalable (samedi), donc il fallait bien que l'adversaire règle cette situation. La réplique était inévitable, selon les Padres... Mais selon Greg Holland, il n'y avait rien de prémédité.

"Je n'ai pas beaucoup lancé récemment. J’ai eu du mal avec mes commandes de balles rapides l’autre soir. Je comprends (à quoi ça ressemble), mais je pense que lorsque vous avez perdu quatre matchs consécutifs et que vous avez une chance de gagner, vous n’essayez pas de frapper quelqu'un à la neuvième manche." - Holland

Par contre, malgré d'aussi belles paroles, Andy Green n'a pas épargné la besogne des arbitres :

"Les arbitres sont littéralement désemparés sur le terrain. C'est inexcusable... Le premier? D'accord, peut-être que ça glisse. Le deuxième? Nous savons ce qui se passe chez eux. Ce n'est pas perdu pour nous. Si c'est perdu pour eux, ils ne font pas attention." - Green

C'est vrai. Une fois, ça peut passer... mais deux, hummm!

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur reddit
Partager sur email
Précédent

Gio Gonzalez n’y va pas de main morte au sujet de Guerrero et Biggio

Un gérant de renom veut des arbitres robots

Suivant