La rotation des Tigers au centre des récents succès

Le début de saison des Tigers de Detroit est pour le moins qu’on puisse dire au-dessus des attentes. Ils sont actuellement derniers dans l’Américaine en ce qui concerne les points par match, la moyenne au bâton et les retraits au bâton, puis avant-derniers en termes de circuits et en points produits. Malgré tout, les félins du Michigan ont une fiche de cinq victoires et trois défaites jouant ainsi deux parties au-dessus de .500, et ce, pour la première fois depuis le 5 mai 2017. Pas si mal pour une équipe que les analystes voyaient dans le troisième sous-sol de la Centrale.

Y a-t-il une raison à cette fiche malgré les statistiques peu convaincantes de l’attaque? Les lanceurs. Les joueurs du monticule se retrouvent dans le top-3 dans l’Américaine en ce qui concerne les retraits au bâton et les buts sur balle ainsi que pour la moyenne de points mérités. Qui l’eût cru? Les partants des Tigers ont provoqué davantage de retraits sur des prises que n’importe quelle autre rotation dans les Majeures en ce début de campagne. La clé du succès? La jeunesse. Seulement trois lanceurs chez les Tigers ont plus que 31 ans. La ligue se rajeunit et ça semble profiter à Detroit pour le moment. Cela dit, voici trois lanceurs qui se démarquent particulièrement en ce début de saison.

Publicité

Jordan Zimmermann

On le sait, sa rapide ne possède plus la même vélocité qu’avant. Elle navigue maintenant autour de 90 mph. Qu’à cela ne tienne! Zimmermann se concentre un peu plus sur ses balles glissantes et ses courbes. À ce jour, les frappeurs sont 2 sur 24 devant sa glissante. En deux départs et 13.2 manches, il a une moyenne 0.66 avec 10 retraits sur des prises. Les partisans de Detroit doivent espérer qu’il garde la forme.

Matthew Boyd

En 2015, à la suite de la transaction impliquant David Price, Boyd s’est amené à Detroit. Reconnu pour aimer sa balle rapide, il s’en sert allègrement en ce début de saison 2019. En deux départs, il cumule des statistiques impressionnantes de 11.1 manches pour un total de 23 retraits au bâton. Il n’a été devancé par nul autre que Jacob deGrom, qui lui, en a accumulé 24. Sa glissante ne donne pas sa place non plus. Les frappeurs s’élancent dans le vide sur 67,7 % de celles-ci comparativement à 33,1 % l’an dernier. Sa moyenne en ce moment s’élève à 3.18.

Publicité

Spencer Turnbull

Défendu par le gérant Ron Gardenhire au camp printanier, Turnbull fait mentir ses détracteurs jusqu’à aujourd’hui. En 11 manches, il a renvoyé 15 frappeurs dans l’abri. Sa rapide se fait frapper à .368. Par contre, il peut se consoler avec sa balle courbe et sa rapide coupée. Cette dernière a été à l’origine de 8 retraits en 34 lancers. Malheureusement, pour l’instant, il a une défaite en deux départs et sa moyenne de points mérités affiche 4.09. Du haut de ses 26 ans, l’Alabamien possède quelques années d’amélioration devant lui.

Il ne reste plus qu’à espérer que l’offensive se joigne à la fête et les félins de la ville de l’automobile pourraient espérer demeurer au troisième rang de la Centrale. On espère ce qu’on peut à l’aube de la saison 2019.

Default image
Mathew K. Williamson
Alleyop360Attitude Football