fbpx

Pratiquer le baseball en français

Comme le dit la chanson, le français, c’est la langue de chez nous.

Lorsque l’on regarde la situation froidement, il est tout simplement exceptionnel qu’en 2019, la langue d’usage des Québécois soit le français. Notre projet collectif était voué à l’échec, nous, le petit peuple de la Nouvelle-France, du Bas-Canada et de la province de Québec. Pourtant, on est encore là. Tous les Québécois sont Québécois! Que leurs ancêtres y soient arrivés par le port de Larochelle en France sous Louis XIV ou tous ceux qui ont fui la guerre pour permettre à leurs enfants de vivre une meilleure vie que la leur en territoire de paix. Nous y sommes ensemble, en français.

Pour ce faire, le Québec a dû prendre les grands moyens pour préserver sa langue et le baseball n’y a pas fait exception.

La francisation des termes

Même si le baseball se joue un peu partout sur la planète, reste-t-il qu’un des seuls fiefs où il est pratiqué et suivi massivement en territoire francophone est le Québec. Pour se faire, des pionniers ont dû créer une nouvelle langue, la langue du baseball francophone.

Il y a des mots qui ont été tout simplement traduits. Curveball est devenu balle courbe tout comme la position de shortstop est traduite par arrêt-court. Il y a des expressions qui ont encore plus de sens en français qu'en anglais, du genre : patienter au cercle d'attente, au lieu de waiting on-deck circle. Il y a des définitions encore meilleures en français, par exemple, balle papillon, qui est vraiment poétique, et qui convient mieux que knuckleball.

Ce qui est bien surtout, c'est qu'encore aujourd'hui, les termes sont utilisés par les descripteurs et analystes tel notre ami Derek Aucoin. Dans un de nos podcasts, ce dernier avait d'ailleurs lancé un appel au public afin de trouver un terme français au fameux "opener". L'héritage se perpétue.

Eric Gagné, peut-être le plus grand joueur québécois à avoir joué au baseball. Photo: USA Today

Le sport des francophones

Encore aujourd'hui, le Québec et le français ont une empreinte importante dans le monde du baseball. Les Expos de Montréal ont été une des équipes les plus populaires du baseball et tout le monde sur la planète baseball en garde un bon souvenir. Lorsqu'ils reviendront, ce sera par la grande porte. Eric Gagné a gagné un Cy Young et a établi un record de sauvetages qui ne sera sûrement jamais battu. Russell Martin est un des meilleurs à sa position. Abraham Toro a fait écarquiller les yeux au camp des Astros de Houston.

Abraham Toro. Photo : Jacques Lanciault

Le baseball est un sport de plus en plus pratiqué par les jeunes. Les ligues de balles amateurs et de balles-molles pullulent à Montréal. Il manque de terrains, littéralement.

Il est indéniable que démocratiser le baseball aux francos a permis au baseball d'occuper une grande place sur la scène sportive du Québec, laissant encore sa marque en 2019.

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur reddit
Partager sur email
Précédent

Quels partisans sont dans la pire «situation» concernant leur équipe?

Jose Ramirez incapable de quitter seul le terrain

Suivant