MadBum insatisfait, il texte directement son gérant

Madison Bumargner est un fier compétiteur. Malgré deux saisons au ralenti à la suite de plusieurs blessures (*insérez ici un bruit de motocross pour la première année), il reste un des meilleurs lanceurs du circruit. Il entend même le «redevenir» en 2019. Bref, MadBum, c’est un atout, pas une épine, dans l’équipe, santé fragile ou pas.

À l’instar de Chris Sale, Justin Verlander et Max Scherzer, MadBum est un fier compétiteur, mais surtout un lanceur de premier plan. C’est un partant pur et dur, mais surtout qui n’a pas la langue dans sa poche.

Madison Bumgarner
Photo : McCovey Chronicles

Pas un fan

En 2018, nous avons vu l’arrivée de la stratégie des openers dans la ligue. Si vous ne savez pas trop de quoi il en retourne, c’est l’utilisation de releveurs comme «partants» pour seulement une manche au début du match. Celle-ci a été adoptée par quelques équipes, mais employée par les Rays dès le commencement de la saison 2018.

Stratégie à laquelle Madison Bumgarner n’adhère pas. À un tel point, qu’il a texté directement Bruce Bochy lors des rencontres hivernales après l’avoir entendu dire que les Giants considéraient l’idée d’utiliser des openers.

Publicité

Dans ce message texte, Bumgarner a dit explicitement que si un opener était utilisé dans l’un des matchs où il doit être le partant, il sortirait du stade tout simplement.

Oui. Vous avez bien lu. MadBum lèverait les pieds très rapidement – et en colère probablement – du stade dans lequel il se trouverait. Est-ce que de texter Bochy était trop? Certains peuvent le percevoir ainsi, mais ce n’est pas nécessairement le cas. Ici, c’est une réaction typique d’un fier compétiteur, d’un gars qui veut gagner et aider son équipe à le faire. Bref, une preuve de caractère de la part du lanceur.

Le «problème» avec la stratégie de l‘opener, si je peux me permettre, c’est que ça ne sied pas à toutes les équipes. Si une formation n’a pas une rotation de partants solide, ça fait totalement du sens d’y aller avec cette stratégie. Ça permet de mieux soutenir le roulement et de moins fatiguer les lanceurs. Exemple, les Rays ont Blake Snell, mais qui est derrière lui? De quelle étoffe sont-ils faits? Sans rien enlever à leur talent, vous comprenez ce que je veux dire.

Publicité

Photo – Mike Ehrmann / Getty Images

Mais verriez-vous les Yankees, les Nationals ou encore les Red Sox utiliser cette dernière? Impossible. Les partants sont solides et sont en mesure d’amener leur formation un bon bout de temps dans le match vers la victoire. Ils ont les reins solides. Puis instaurer ce système dans de telles équipes, ça ferait beaucoup de mécontents.

Toutefois, derrière Madison Bumgarner, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent sur la butte. Ça aurait donc du sens que les Giants, du moins pour le moment, utilisent des openers pour soutenir la rotation… sauf dans le match où MadBum doit lancer. À moins qu’ils désirent se mettre leur meilleur joueur et lanceur à dos.

Bref, des openers chez les Giants? Probablement, mais pas à tous les matchs comme vous aurez pu l’observer.