L’année de la dernière chance pour Dalton Pompey

pompey

Du plus loin qu’on puisse se souvenir, Dalton Pompey n’a pas répondu aux attentes. Ses 64 matchs joués en carrière dans la MLB — dont cinq seulement depuis deux ans — le démontrent.

Il faut dire que les attentes ont toujours été trop élevées pour le voltigeur ontarien. Attendu comme un sauveur local par certains, il n’a jamais pu prendre la pression qui venait avec ce titre qui ne lui a jamais convenu.

Publicité

Ajoutons à cela de mauvaises saisons en bas, beaucoup de blessures et un peu trop de profondeur dans le champ de patate des Jays (difficile de se faire justice avec Bautista/Grichuk dans la droite et Pillar dans le centre) et nous obtenons la recette parfaite pour qu’un joueur pète les plombs face à son gérant la saison dernière.

Il est donc minuit moins une dans son cas, mais Pompey veut se prendre en mains. Avec la jeunesse qui prime au camp des Jays, il souhaite pouvoir faire équipe avec les jeunes nombrils verts qui joueront à Toronto en 2019.

Et il l’a démontré en claquant une longue balle dimanche.

Ce qu’il faut maintenant savoir: ce n’est pas s’il peut faire cela tous les soirs. Non. Ce que les Jays attendent de lui, c’est qu’il se rende sur les coussins, qu’il fasse les bons jeux défensivement et qu’il devienne une option fiable lors du camp.

Publicité

Il est encore là

Ce qui est encourageant pour lui, c’est de savoir que, malgré les épreuves, il est encore un membre de l’équipe qui l’a repêché. Après toutes ces années, Pompey est encore un membre de l’alignement des 40 joueurs. Si les Jays ne l’ont pas encore libéré, c’est peut-être pour lui donner une dernière chance?

Le test débute dès cet après-midi alors qu’il frappera au poste de leadoff et qu’il jouera dans le centre.

https://twitter.com/BlueJays/status/1101123658267877376

Notez que Junior est en uniforme.

À partir de maintenant, chaque présence au bâton compte. À lui de continuer son bon travail.

Publicité

Source : TSN

Interactions du lecteur