fbpx

La game d’échecs opposant les Nats au clan Harper est très évidente

Suis-je le seul hurluberlu qui n'est nullement étonné d'entendre et de lire que les Nationals de Washington sont au sommet du derby Bryce Harper... et que les chances de ramener Harper sont de 70%? Pourquoi certains qualifient cela de "un peu une surprise"?

Tout indique pourtant le contraire. Si vous êtes de bons joueurs d'échecs, que vous suiviez bien les pions qui bougent sur l'échiquier du clan Harper et celui des Nats, tout porte à croire que son retour à Washington se dessine.

Une couleur et un logo parfaits pour lui. Photo : Jasen Vinlove-USA TODAY Sports

Mark Lerner, le proprio des Nats, n'a jamais réellement brandi le foulard blanc puisqu'il continuait de placer des pions sur l'échiquier. Mike Rizzo et lui jouent la game. Ils la jouent de façon subtile et très intelligente. Du côté du clan Harper, ce qui inclus Scott Boras, la game se joue tout aussi structurée.

Rappelez-vous que Harper a fait ses devoirs pour s'assurer de cibler les endroits qui répondaient à ses besoins : les installations, les structures, le stade, la nourriture, le système ferme, l'infirmerie, etc. Tout ça, il les connaît à Washington et tout répond déjà à ses besoins. Ajoutons à cela que les 10 ans et 300  millions déposés au départ (en septembre) démontrent l'amour des Rouges envers Bryce.

Qui d'autres lui a offert 10 ans? Qui d'autre a augmenté son offre de départ? Les Nationals l'ont fait, eux.

Pendant que Bryce Harper testait le marché, fort probablement pour l'une des seules fois de sa carrière, Rizzo a continué de regarnir sa formation avec des ajouts majeurs comme Patrick Corbin, Kurt Suzuki ou Yan Gomes. Si Bryce analyse ça, il est conscient que les Nats seront compétitifs encore une fois, et que le futur est également non négligeable.

Bryce Harper et Mike Rizzo
Mike Rizzo l'aime beaucoup son petit Bryce. Photo : Geoff Burke-USA TODAY Sports

C'est simple, Rizzo et les Lerner se sont fort probablement regroupés afin d'en venir à une conclusion bien simple : personne ne nous volera notre Ti-Bryce, surtout pas les Phillies. Donc, alors que certains les croyaient hors de la course, c'est le contraire : ils y sont plus que jamais.

À mes yeux, ce n'est pas une manoeuvre pour faire augmenter son prix, je crois toujours, depuis le jour 1, qu'il sera de retour au bercail avec sa barbe et sa chevelure bien soigné.

Source : Bleacher Report

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur reddit
Partager sur email
Précédent

Agents libres : une dynamique qui change

Être arbitre : pas si facile que ça!

Suivant