fbpx

Delino DeShields souffle sa 50e bougie

Les Expos de Montréal sont immortels. Chaque jour, le logo des Expos me saute au visage, que ce soit dans mes lectures, en allant fouiner de bonnes affaires dans un marché aux puces, au travail en écoutant les histoires de mes collègues ou encore, juste en croisant quelqu'un dans la rue, tuque des Expos fièrement posée sur la boite crânienne.

Chaque journée est une occasion pour se remémorer les grands noms qui ont fait la gloire de la franchise québécoise. Ce 15 janvier 2018 est un jour particulier puisqu'il souligne le 50e anniversaire d'un joueur aimé de tous, Delino DeShields.

Bop et Grissom : les fusées montréalaises

50 ans déjà, que le temps passe vite. Aussi vite que la façon dont se déplaçait Delino DeShields sur les buts au cours de sa carrière. DeShields, Bop de son surnom, a fait ses débuts dans le baseball majeur avec les Expos de Montréal en 1990 avec qui il a passé quatre saisons, juste le temps de dérober 187 buts. En 13 ans de carrière, Delino DeShields a amassé pas moins de 463 bases volées et a fini parmi les 10 meilleurs dans la discipline huit saisons de suite.

Reconnu pour sa grande vitesse, il formait avec Marquis Grissom, un des plus beaux duos de voleurs de buts de la ligue. Les deux joueurs étaient une réelle menace sur les sentiers à cette époque.

Le joueur au petit gabarit, mais au talent énorme a d'ailleurs terminé sa première saison à la deuxième place dans le vote pour le trophée de meilleure recrue de l'année. Un titre qui a été attribué à David Justice des Braves d'Atlanta.

Delino est depuis 2013 le gérant des Blue Wahoss de Pensacola, équipe des mineures affiliées aux Reds de Cincinnati.

Expos, Delino, Pedro

Saviez-vous qu'il existait un lien étroit entre Delino DeShields et Pedro Martinez? En 1993, et malgré une autre très bonne saison avec les Expos où il a volé 43 buts et a frappé pour .295, Delino DeShields a été échangé le 14 novembre aux Dodgers de Los Angeles pour y "ajouter de la vitesse" (selon Tommy Lasorda). La transaction, la pire de l'histoire des Dodgers, a fait couler beaucoup d'encre dans les deux camps, et en a fait couler bien plus par la suite.

Ce jour-là DeShields, joueur établi, s'est vu être échangé aux Dodgers contre le jeune Pedro Martinez, un lanceur totalement inconnu, qui évoluait dans l'ombre de son grand frère, Ramon Martinez.

La suite, vous la connaissez aussi bien que moi. Delino est devenu un joueur presque ordinaire, ne frappant plus jamais au-delà de .256 de moyenne en une saison alors que Pedro Martinez est devenu l'un des meilleurs lanceurs de l'histoire du baseball, remportant trois trophées Cy Young, dont un avec les Expos.

Joyeuse fête Mr. Delino DeShields. Ici à Montréal, on vous aimera toujours.

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur reddit
Partager sur email
Précédent

Un choix facile pour Kyler Murray

Le premier show de Jeff & Derek (2 balles, 2 prises) en exclusivité

Suivant