Le souhait de Max Scherzer réalisé

Plusieurs analystes, spécialistes et amateurs sont persuadés que les Nationals de Washington ont activé le même mode que Marc Bergevin. Il est question ici du fameux « reset » évoqué par le manitou du Canadien de Montréal. À Washington, avec les départs de Daniel Murphy et Gio Gonzalez, ainsi que le possible non-retour du prince de la capitale, Bryce Harper, les spéculations sont assourdissantes : cette équipe est en train d’exécuter un virage à 180 degrés.

Daniel Murphy va certes nous manquer… Photo : CBS Sports

Un instant, svp! Le but de Mike Rizzo et des Nats demeurent le même, rien n’a changé : on désire rafler l’honneur de la division Est de la Nationale. L’artilleur vedette arborant le numéro 31, Max « MadMax » Scherzer, n’avait fort probablement qu’un souhait : un receveur en mesure de (bien) travailler en partenariat avec les hommes oeuvrant sur le monticule. Les arrivées de Yan Gomes et Kurt Suzuki sur le tableau de l’équipe ont fait passer des souhaits à la réalité.

Ces mouvements de Rizzo démontrent clairement que cette équipe n’est nullement en reconstruction. Ajouter des pions de cette qualité sur l’échiquier, de surcroît deux vétérans, démontre qu’on souhaite colmater les faiblesses… et non présenter un jeune visage en 2019. Juan Soto et Victor Robles sont le futur, de jeunes fringants, mais ils sont prêts à remplir un rôle capital… Soto le fait déjà. Anthony Rendon et Trea Turner seront de retour afin de couvrir l’extrémité gauche de l’avant-champ.

Sur la butte, Scherzer, Stephen Strasburg et Sean Doolittle sont toujours bien ancrés au Nationals Park. 

Publicité

Enfin bref, faisons le calcul : Rizzo a obstrué la plus grosse fuite de son club, la position de receveur. Un joueur étoile (Gomes) et un vétéran de qualité (Suzuki). Est-ce suffisamment indicateur pour vous? Ça démontre clairement la direction de cette concession qui tente, encore une fois, de présenter une monture pouvant lutter parmi les aspirantes du circuit. D’autant plus que des noms reluisants comme Dallas Keuchel ou Patrick Corbin sont associés aux Nationals.

Lui, c’est la « colonne » de cette formation. Photo : Gregory Bull

Je radote peut-être, mais les rumeurs collées à Washington et les deux derniers ajouts prouvent ma théorie, dont je ne déroge pas depuis le jour 1 : on veut régler les failles et greffer des éléments de qualité au groupe actuel. Avec les mouvements exécutés jusqu’à présent, n’est-ce pas une preuve ultime qui justifie mon radotage?

Oui, mais Bryce Harper, les Yankees sont de sérieux prétendants… les Phillies… les Cubs. OK. Arrêtons. Jusqu’à preuve du contraire, Harper n’a toujours pas paraphé de contrat avec quiconque et un retour avec son équipe d’origine est loin d’être écarté. J’y crois. C’est le discours que je tiens depuis qu’on sait que Bryce Harper se présentera sur le marché en 2018. Aujourd’hui, nous sommes en 2018, il est libre, les spéculations à son sujet sont tonnantes et j’imagine que je demeure le seul hurluberlu qui croit qu’il endossera un maillot des Nats en 2019…

Que ceux qui m’aiment me suivent!

Publicité