Scott Boras pointe les Blue Jays du doigt

Attention, le lion est sorti de sa cage! Le moment préféré de l’agent de joueur Scott Boras semble bien évidemment être la saison morte forte. S’il y va de quelques déclarations choquantes en saison, c’est vraiment dans l’entre-deux qu’il donne son plus beau spectacle. Surtout lors de la rencontre des DG où les projecteurs sont enfin tournés vers lui, et ce, même s’il n’est pas un DG.

Enfin bref, comme à son habitude, M.Vorace a donné son opinion à tout un chacun qui désirait l’entendre et elle a grandement retenu l’attention.

Les Blue Jays comme cible

Avec près de trois pages de notes, Scott Boras ne s’est retenu sur à peu près aucun sujet. Concerné par la diminution des assistances dans les stades, l’agent a blâmé les équipes non compétitives. Il a dit que les Blue Jays étaient atteints de la «grippe bleue» et que les Marlins amenaient le M-I-A (Missing in action) dans Miami.

Publicité

Outch quand même. Sauf que l’on aime ou pas Scott Boras. Il a raison. Les équipes non compétitives perdent l’intérêt des partisans et ceux-ci sont moins au rendez-vous qu’auparavant. Du côté de Miami, la situation est claire. Il n’y a rien d’intéressant sur le terrain et l’équipe est en pleine reconstruction.

Pour les Blue Jays, le point de Scott Boras se tient sur ceci : «Les Blue Jays n’amènent pas les joueurs que les fans désirent voir sur le terrain. »

Et c’est vrai, personne ne peut dire le contraire. Nommez-moi un joueur qui faisait lever les foules cette année à Toronto? Bien sûr Yangervis Solarte est intéressant tout autant que Kevin Pillar, mais cette saison aucun joueur ne s’est démarqué et Josh Donaldson a été blessé la plupart du temps avant d’être incité à quitter.

Publicité

En tout, c’est environ 800 000 partisans de moins qui ont passé le tourniquet du Roger Centre en 2018.  La différence, c’est qu’il n’y avait aucun Josh Donaldson, Jose Bautista ou encore Edwin Encarnacion sur le terrain. Aucun joueur excitant de cette trempe. Reconstruire? D’accord. Le problème, c’est que la manie de vouloir reconstruire à tout bout de champ envoie ce type de joueurs de qualité sous d’autres cieux. Ce sont eux qui incitent les gens à venir dans les stades.

La solution

Scott Boras ne fait pas que bâcher sur les équipes qui n’offrent rien sur le terrain. Il amène aussi des solutions. Oui, oui. Selon lui, la MLB gagnerait beaucoup à inclure un programme incitatif en ce qui concerne les victoires. Cela forcerait, selon lui, les équipes a faire un effort afin de présenter une formation digne de ce nom plutôt que de choisir l’option «facile» de la reconstruction.

Je ne peux que me ranger de son côté lorsqu’il le dit simplement comme ça : « C’est un beau sport, mais il a besoin de l’approbation des fans.»

La MLB a vraiment une patate chaude entre les mains. Elle doit se pencher sur ce problème qui prend de l’extension comme la gangrène.

Vous pouvez d’ailleurs écouter Derek Aucoin et Jeff Drouin jaser de cette situation dans notre plus récent épisode de podcast.

Passion MLB – S02 – EP39: Derek Aucoin, La France et Le Tank