Un point sur les expansions… et les Expos.

Les expansions et les relocalisations. Ce sujet fait toujours l’objet de nombreuses spéculations. Tentons d’y voir plus clair.

Je suis bien sûr moins concerné par la question que mes amis québécois, car je suis Français. Mais ces derniers en parlent beaucoup parce qu’ils souhaitent plus que tout le retour des Expos de Montréal. Je les comprends à 200% et désire cela autant qu’eux.

Photo : Stadeolympiquemontreal.ca

Le site ESPN a écrit un article très intéressant (lien ici) sur les différentes expansions possibles dans l’ensemble des sports américains. Il est primordial d’adopter cette vue d’ensemble, car les franchises ont des influences entre elles, quand bien même qu’elles ne concerneraient pas le même sport. Question de business.

Montréal toujours citée comme ville destinée à accueillir une équipe d’expansion

On lit dans ces lignes que s’il devait y avoir une expansion, Montréal serait favorite. On cite la forte présence de partisans québécois aux cérémonies du Temple de la Renommée comme un argument pour soutenir l’importance de la base de fans québécois. Les grosses affluences enregistrées lors des matchs des Blue Jays en présaison au Stade olympique sont là pour rassurer les décideurs. Ce stade est d’ailleurs une solution pour accueillir les nouveaux Expos le temps d’en construire un nouveau. Le grand nombre de casquettes des Expos circulant dans les stades des Majeures atteste d’une marque établie. Alors, continuez à les porter! Je vais d’ailleurs m’en acheter une pour soutenir la cause. L’optimisme est donc de mise, alors que Rob Manfred évoque même la possibilité de procéder à DEUX expansions.

Publicité

Qui sont les autres candidats?

Durant le Match des étoiles, Rob Manfred a fait le point sur les possibilités :

« Nous avons une liste de villes qui, non seulement sont intéressées à nous accueillir, mais qui peuvent être rentables également en accueillant du baseball – Portland, Las Vegas, Charlotte, Nashville aux États-Unis, certainement Montréal, peut-être Vancouver au Canada, nous pourrions même envisager le Mexique à long terme. »

Portland

Le candidat le plus sérieux. La ville du nord-ouest des États-Unis avait déjà été citée comme 32e équipe dans une nouvelle distribution des 32 équipes en 4 groupes de 8. C’est le plus gros marché n’ayant qu’une franchise professionnelle (en NBA). Les Mariners auraient un concurrent naturel et voyageraient moins. Un terrain est même déjà trouvé pour construire le stade.

Austin ou San Antonio

Le Texas comptera 40 millions de résidents en 2050. Une troisième équipe peut s’y installer sans empiéter sur les Rangers et les Astros. Austin semble avoir pris le dessus pour la relocalisation de l’équipe de soccer des Crew de Columbus. Elle ne pourrait pas accueillir d’emblée une deuxième franchise.

Charlotte

Un groupe d’investisseurs locaux le souhaite. Mais la ville a investi il y a quatre ans seulement dans un stade des mineures qui accueille les Knights et peut contenir 10 000 personnes. Il a été le fruit d’une longue bataille. Difficile d’imaginer la ville investir BEAUCOUP plus pour un stade des Majeures. Alors certes, l’affluence pour les Knights est la plus élevée dans les mineures. C’est encourageant, mais le stade sera un problème.

Publicité

Le stade des Charlotte Knights (photo : milb.com)
Nashville

Une ville qui grossit : beaucoup de gens s’installent là-bas et forcément ça attire les investisseurs. Mais les Titans (NFL), les Predators (NHL) et bientôt une équipe de soccer risquent d’aspirer le budget « loisirs » des habitants du Tennessee. Ça semble serré pour une quatrième franchise professionnelle.

Las Vegas

Même souci pour la ville du vice. Les Knights (NHL) viennent de s’installer et il est vrai que c’est une réussite. Mais les Raiders (NFL) vont débarquer et chaque fois il faut construire un stade (couvert en l’occurrence à cause de la chaleur) et voir comment le marché réagit.

Monterrey

La tenue d’une série entre les Padres et les Dodgers a relancé le sujet. Le rendez-vous a été réussi et un vrai engouement existe. Des inconnues financières demeurent cependant. Ce serait une vraie prise de risques : aucune autre ligue ne s’est jamais aventurée là-bas.

Fabulons un peu…

Imaginons 32 équipes avec les Expos de Montréal et une équipe à Portland. Supposons que les A’s construisent un beau stade et restent à Oakland. Scénario différent pour les Rays avec leur stade non financé et un toit translucide : ils filent à San Antonio. Je suis sympa, j’ai trouvé un nom et j’ai fait une esquisse de logo. Les Pistoleros de San Antonio. Eh oui…

Les Pistoleros de San Antonio.

Ça donnerait ça :

Sympa non? En attendant, n’oubliez pas la casquette des Expos!