Les Mariners ont leur petite recette gagnante et ils la maîtrisent

Les Mariners ont éteint le feu de la veille et sont revenus à leurs standards défensifs. Une défaite de 9-3 durant laquelle une pluie de 16 coups sûrs a été accordée. Albert Pujols, Mike Trout, Shohei Ohtani, Andrelton Simmons et même Kole Calhoun s’en sont donné à cœur joie, avec deux coups chacun et même trois pour les deux derniers. Il fallait remettre le navire à flot.

Seattle a donc rempli sa mission hier, à Anaheim. Car la partie fut beaucoup plus fermée : les Angels n’ont réussi à taper efficacement la balle qu’à deux reprises par l’intermédiaire des inévitables Simmons et Trout. Voilà ce qu’a réussi à accomplir le lanceur partant Marcos Gonzales en sept manches lancées.

La bonne petite recette des Mariners

Pour autant, les Mariners n’ont pas été fulgurants en attaque. Six coups sûrs seulement, mais suffisant pour remporter la partie.

Hormis Jean Segura (il faut d’ailleurs qu’on parle un peu de lui quand même) qui est quatrième des Majeures avec une moyenne de frappe à .329, ce qui est énorme, les autres joueurs sont dans une moyenne banale.

Publicité

Alors c’est chacun son tour de produire des points et de frapper la balle. À ce jeu,  David Freitas, le catcheur remplaçant des Mariners, a frappé le premier home run de sa carrière. Il a porté le score à 1-0 en troisième manche. Jean Segura et Mitch Haniger se sont placés sur les sentiers en quatrième manche avant que Nelson Cruz ne porte le tout à 3-0. Jaime Barria, qui lançait pour les Angels, n’a pas forcément de blâme à prendre, mais c’est toujours comme ça avec les Mariners.

Car la recette que les Mariners emploient pour gagner les parties est toujours la même : la défense contrôle le match en faisant mariner (désolé, impossible de m’en empêcher) les frappeurs adverses et l’attaque marque le nombre de points nécessaires. Comme s’ils faisaient exprès de ne pas en marquer davantage pour faire plaisir à un homme. Cet homme, c’est Edwin Diaz, car c’est le moment choisi pour le sortir de l’enclos et clore les débats.

Edwin Diaz, le closer qu’il faut pour jouer en octobre

Photo : Jonathan Daniel/Getty Images

Edwin Diaz a encore joué son rôle dans cette victoire fermée. Le préposé à la dernière manche a enregistré un 36e sauvetage sur 38 possibles cette saison. Le tout en 48 matchs joués. Pour comparaison, il a joué l’an dernier 66 parties, récoltant 34 sauvetages.

Publicité

Sa moyenne de points accordés par match est de 2.25. Il n’a d’ailleurs laissé aucun point en route depuis 9 matchs, série en cours. Il laisse filer au premier but en moyenne 0.79 joueur par manche lancée. C’est très faible. Pour finir, il n’a accordé que deux longues balles en 2018.

Finalement, c’est ce joueur et pas un autre dont les Mariners auront besoin lorsque les séries du mois d’octobre proposeront des pointages serrés.

Une dernière partie avant d’affronter les Rockies

Ce soir,  les Angels miseront sur Tyler Skaggs, leur meilleur lanceur, tandis que Seattle aura James Paxton sur la butte. Un beau duel avec de l’enjeu.

Regardons de plus près le classement actuel de la division Ouest de l’Américaine :

Capture d’écran : mlb.com

Au même moment, les A’s et les Astros se livrent une belle bataille à Houston (1-1 après deux parties). Quant aux Angels, c’est malheureusement déjà un peu trop tard pour rêver de jouer en octobre.