L’énorme mésentente qui coûte chère à Terry Francona

Quand la porte de l’enclos des releveurs s’est ouverte en neuvième manche, Terry Francona ne s’attendait pas à voir Dan Otero faire son entrée sur le terrain. C’était pourtant trop tard. Le gérant des Indians venait de se rendre compte de l’énorme erreur de communication dont il venait d’être victime, et coupable à la fois.

Tito a foiré

Si l’on peut pointer du doigt le releveur Cody Allen pour sa sortie désastreuse (0.2 manche lancée, six points encaissés), Tito Francona a cette fois sa part de responsabilité.

Publicité

Les Indians qui menaient 4-0 au début de la neuvième manche se sont ridiculement effondrés en concédant sept points aux des Reds de Cincinnati, opportunistes.

Ce n’était pas le bon soir pour Francona. On peut lui reprocher tout d’abord d’avoir laissé trop longtemps Cody Allen sur la butte : 19 prises en 31 lancers et très peu de lancers qui semblaient avoir été lancés de la façon dont ils étaient destinés à l’être.

La cerise sur le gâteau est venue juste après. Pour affronter l’un des meilleurs frappeurs de la planète, Joey Votto, Francona a fait appel à Dan Otero, un lanceur droitier plutôt atroce face aux gauchers. L’histoire raconte que Francona aurait demandé à son staff que « O.P » (NDLR, Oliver Perez)  se réchauffe. Le coach des lanceurs aurait lui pris le téléphone pour passer le message au coach de l’enclos, un message qui s’est transformé en « O.T » (le surnom de Dan Otero).

Publicité

Otero s’est donc pointé sur le terrain quand s’en était fini pour Allen.

La suite, avec les buts remplis, Joey Votto ne s’est pas fait prier pour nettoyer les bases grâce à un double dans le gap. Francona prend le blâme sans sourciller, Cody Allen en fait tout autant.

Que se serait-il passé si Oliver Perez avait fait face à Joey Votto en lieu et place de Otero? Nul ne sait. Les Indians en ont laissé échapper une belle sur ce coup-là.

Dommage pour Trevor Bauer

Cette erreur de communication fait tout aussi mal à Trevor Bauer, le partant de la soirée. L’artilleur aurait du être récompensé d’une victoire de plus à sa fiche après sa belle sortie. Bauer a été grandiose avec huit manches de travail au cours desquelles seuls trois frappeurs des Reds auront trouvé le moyen de frapper un coup sûr. Bauer a utilisé tout son répertoire pour retirer pas moins de 12 frappeurs à la plaque.

Quand je dis « tout un répertoire », c’est ce que je suppose en le voyant refuser huit fois de suite les signaux de Roberto Perez dans la même séquence. Plutôt amusant.

Un duel face à Joey Votto qu’il finira par remporter.