Chris Sale n’a pas besoin d’être aimé pour être le meilleur

Qu’on l’aime ou non, le lanceur partant des Red Sox de Boston, Chris Sale, est un joueur exceptionnel. Le grand gaucher a une nouvelle fois été trop fort pour son adversaire du soir, les Rangers du Texas, et est allé chercher sa 10e victoire de la saison sans trembler.

Chris Sale n’a pas fait de cadeaux aux Rangers. Comme à son habitude, il a dominé les débats, composant avec son terrible répertoire de lancers pour retirer 12 frappeurs texans à la plaque. En sept manches de travail, il n’a concédé que six petits coups sûrs et aucun point.

Les Red Sox se sont imposé 4 à 2 et ont remporté une neuvième victoire de rang.

Publicité

« J’aime lancer au Fenway Park »

Intimidant, sans expression, provocateur, égocentrique. Les adjectifs qui circulent la plupart du temps pour qualifier Chris Sale ne plaident jamais vraiment en sa faveur. Sale a du caractère, c’est un fait, mais c’est surtout un sacré bon lanceur.

Sa fiche de 10 victoires et quatre défaites n’est peut-être pas la plus belle de la ligue, mais sa MPM  de 2.23 et ses 188 retraits au bâton se classent parmi les meilleurs dans la MLB.

Sur ses sept derniers matchs, Chris Sale affiche une ridicule MPM de 0.94, cinq victoires, une seule défaite et 78 strikeouts en 48 manches lancées.

Publicité

L’artilleur gaucher n’a pas concédé le moindre coup de circuit depuis 51 manches. Pour une cinquième fois de suite, il a terminé un match avec au moins 11 retraits au bâton.

Et lancer, Chris Sale aime ça, surtout au Fenway Park. La tension le nourrit et lui permet d’être encore plus dominant.

« Je pense que tout le monde dans cette équipe sait la chance qu’il a de jouer ici. Un stade à guichet fermé ça te nourrit. J’essaye d’utiliser cette pression en ma faveur. J’aime lancer ici, j’aime voir les fans exprimer énergiquement leur passion pour l’équipe. » – Chris Sale.

Cap sur le 300 et le Cy Young

S’il continue sur sa lancée, on risque fort d’entendre parler de Chris Sale à chacune de ses sorties. Enchaînant les «K» à un rythme effréné, Sale pourrait franchir la barre des 300 «K» pour une deuxième saison de suite (308 en 2017).

Chris Sale n’a jamais été auréolé de la récompense ultime pour tout bon lanceur, il pourrait cependant se voir remettre le tant convoité trophée Cy Young en fin de saison. Après tant d’années de domination, ça ne serait pas volé.

Sacré joueur ce Chris Sale!