Le combat de Bryce Harper est aussi ardu que celui d’Alex Ovechkin

Les deux jouent dans la ville de Washington. Les deux sont sévèrement critiqués et certains les qualifient même de perdants. Les deux font parler d’eux, que ce soit en bien ou en mal. Il n’y a aucune zone grise dans les deux cas, c’est blanc ou noir. Évidemment, il est question des deux icônes de Washington, Alex Ovechkin et Bryce Harper. Ovechkin a désormais un championnat et il couche avec la coupe depuis cette joute ultime. Ses dénigreurs sont soudainement plus tranquilles.

De l’autre côté, Bryce Harper reçoit peu d’éloges. Un exécutif de la Nationale a d’ailleurs étalé en quatre points « pourquoi » il le traitait de joueur surestimé. Comme adepte des Nats et de Bryce Harper, ai-je besoin de souligner que cet argument me titille un tantinet? Puis plus les gens s’acharnent sur le numéro 34 et les Nats, plus je les aime.

Publicité
Ce gars-là mérite plus de respect.

Cela dit, on soutient de lui qu’il n’a pas les cinq outils puisqu’au moment de composer ce texte, il frappe pour .228, malgré 19 bombes. Donc, on le qualifie d’unidimensionnel. On affirme également qu’il ne vaut pas les 350-400 millions de dollars qu’il cible pour son prochain accord (mais qui les vaut réellement?). On mentionne aussi qu’il n’a aucun championnat et qu’il ne joue pas bien en séries…

Vraiment?

Ok, c’est le moment de prendre un bon pas de recul et de prendre une grandeee respiration.

BigKid frappe peut-être pour « juste » .228, mais il se présente sur les coussins de façon régulière (.369). Seuls Soto et Eaton, qui ne disposent que d’un bref échantillon, se retrouvent devant lui au niveau de l’OBP chez les Rouges. Dans la colonne des passes gratuites, il figure au sommet loin devant, avec 50. Au niveau des coups francs (51), il arrive au second rang. Les points marqués (39), les circuits (19) et les points produits (43)… il trône au sommet de son équipe.

Publicité

Cette campagne-ci, Harper s’élance plus que dans le passé puisque les pitchs qu’il reçoit sont, pour la plupart du temps, du caca en canne. Il a lui-même décidé d’imiter Vlad Guerrero en faisant du vent sur beaucoup de tirs. Certains semblent omettre une chose : on le trimbale entre le rôle de leadoff et celui du quatrième frappeur depuis le lancement de la saison puisque les blessures ont poussé Dave Martinez à jongler ainsi.

Lui aussi en a plein son casque! Photo : Kirby Lee-USA TODAY Sports

Harper a quatre valses automnales dans le corps, et même s’il peine à s’imposer dans de telles circonstances, il est l’acteur principal pendant le marathon. Il est le catalyseur qui amène cette équipe en éliminatoires sans arrêt. Je m’en fous qu’il ait joué 19 matchs et qu’il frappe pour seulement .211 en séries. Est-il surestimé pour autant? Le Juge a pourtant 13 matchs éliminatoires où il affiche une moyenne de .188 et où il s’est fait passer 27 fois dans la mitaine, mais ça, personne ose en parler.

Mike Trout demeure le meilleur joueur de baseball au monde et ça, c’est sans équivoque. Harper, lui, figure dans le groupe tout juste derrière qui comprend des gars comme Betts, Altuve ou Judge. Qu’on arrête de lui chercher des poux pour se justifier à ne pas l’aimer. Oubliez ses cheveux et sa belle barbe, et zieutez donc son élan ainsi que sa mécanique. Vous verrez, il n’y a rien de phoney là-dedans.

Publicité

Pis, au final, êtes-vous en train de dire que son titre de recrue de l’année dans la Nationale (2012), son MVP (2015), sa saison magistrale de 2017 (avant une vilaine blessure au genou) et ses cinq participations au Match des étoiles proviennent purement du facteur chance? Come on!

Signé… un fier partisan des Nats!

Source : 12up