Encore une histoire folle impliquant des produits dopants

Robinson Cano purge sa suspension depuis un mois. La vedette des Mariners de Seattle a reçu une sanction de 80 joutes pour avoir utilisé des produits illicites. Depuis qu’il ne siège plus sur le deuxième coussin, les Mariners ont fait preuve de beaucoup de caractère en récoltant pas moins de 22 gains en 29 rencontres. L’équipe se porte mieux depuis que le héros est en retrait. Elle trône d’ailleurs au sommet de la division de l’Ouest de l’Américaine, devant les Astros de Houston.

Même si j’ai envie de partir en échapper et de jaser un tantinet des Mariners, ce n’est pas l’angle emprunté pour ce billet. Allons-y plutôt avec l’utilisation de PED chez les jeunots de la République dominicaine. Des histoires de PED, il y en a ici et là, beaucoup moins que jadis, mais le prochain chapitre est pratiquement irréel. Oui, j’vous jure! 18 des 20 meilleurs prospects dominicains se sont fait prendre avec des tests sanguins positifs. Des substances interdites circulaient dans le corps de ces athlètes.

Un chapitre qui s’ouvre à un moment où la MLB a été fragilisée dernièrement avec des dossiers similaires. Avec cette brochette de coupables, le marché international serait certes affecté.

Certains de ces joueurs pourraient perdre dans les six chiffres pour avoir enfreint les règlements au sujet de ces produits. Les dirigeants seront beaucoup moins enthousiasmés à offrir la lune à cette multitude de joueurs exceptionnels. Les contrats « verbaux » sont donc annulés… Bref, plusieurs sources confirment que ce récit est véridique, malheureusement. À partir de là, est-ce que Manfred et son circuit devraient augmenter les tests chez les amateurs? Aucune idée pourquoi, mais les médecins en Républiques ne semblent pas maîtriser le document des produits non autorisés dans la MLB.

Avec les 18 gamins qui se sont fait prendre la main dans le sac, le plan de certaines organisations n’est plus utile et elles devront en rédiger un nouveau. De nos jours, un tel fiasco est inexcusable.