Franchy à la conquête de San Diego

Vous vous souvenez la dernière fois que vous vous êtes dit : j’ai tellement hâte au prochain match des Padres? Non, évidemment.

Le baseball à San Diego s’est toujours présenté discret. Même leur grosse signature de la saison morte, Eric Hosmer, a comme plus grande qualité d’être un bon leader. Ça marche pour le vestiaire, mais les partisans, eux, sont affamés d’un peu de spectaculaire, tout comme l’amateur moyen dans son salon.

Entre Franchy Cordero dans l’équation.

Parce que si vous ne le connaissez pas, Franchy a de la puissance comme Francisco Lindor a de la personnalité. Une habileté uniquement égalée dans le baseball majeur par l’homme aux 59 circuits Giancarlo Stanton et son nouveau coéquipier Aaron Judge. Le genre d’atout qui a justement le potentiel d’attirer les yeux vers les matchs des Padres.

Vers le champ centre et plus loin encore

Historiquement, les amateurs aiment les frappeurs de puissance. Dans les 25 dernières années, jamais le baseball n’a été aussi populaire que pendant l’ère stéroïde. Et Franchy amène la puissance de l’ère stéroïde, sans les stéroïdes.

Le jeune phénomène des Padres est la nouvelle coqueluche de Statcast, un véritable joyau de la vélocité des balles frappées. Il est l’auteur de 4 des 16 balles frappées les plus solidement en 2018, dont deux gigantesques circuits de 459 et 489 pieds. Avant le match d'hier, la balle sortait de son bâton à 97,9 mi/h en moyenne cette saison, ce qui le plaçait à égalité au troisième rang dans la MLB avec Aaron Judge.

Franchy n’a joué que 17 matchs cette saison, mais dans ceux-ci, il détient les cinq balles frappées les plus solidement des Padres de l’ère Statcast (2015-2018).

Alors que les balles frappées par le joueur moyen finissent dans les gants des voltigeurs, celles de Franchy voyagent par-dessus les clôtures du champ centre. Depuis son rappel le 11 avril dernier, cinq de ses six coups de circuit ont franchi le champ centre et l’autre avait la distance pour le faire.

Son coup de quatre buts de 489 pieds (vidéo ci-haut, atterrissage ci-bas) est le plus long en 2018 et le 10e plus long depuis 2015 en incluant les séries. Si son nom ne s’est jamais retrouvé sur les listes des 100 meilleurs espoirs de la MLB, ni dans le top-10 de ceux des Padres, ses récents exploits en font de lui l’espoir le plus attrayant de l’organisation. Attrayant, mais risqué.

Artiste de la longue balle… et des retraits sur trois prises

Parce qu’il y a bien des raisons pourquoi les gens qui préparent les listes d’espoirs – et qui dédient des semaines et parfois même des mois à les concocter – ont ignoré Franchy de leurs répertoires.

Sous les attraits de sa puissance innée et de sa bonne pointe de vitesse, le Dominicain a également ses défauts. Après 47 rencontres en deux séjours avec les Padres, sa moyenne au bâton se pointe à .239, mais surtout, sa moyenne de présence sur les buts (OBP) est à .288. On situe le seuil de respectabilité d’un OBP à .300, ce qui démontre ses problèmes avec la patience au bâton. À son premier séjour dans les Majeures en 2017, il avait présenté un OBP similaire en 30 matchs joués (.276).

Son taux de retraits au bâton par apparition au bâton dans la MLB (69/172) est également insoutenable pour un frappeur des grandes ligues.

Bonne nouvelle pour notre héros toutefois : les Padres ont le luxe de le laisser s’adapter aux lanceurs des Majeures. Leurs insuccès font en sorte qu’un frappeur tel Franchy peut vivre ses problèmes de croissance dans la MLB. À travers les présences infructueuses ou le sombrero doré occasionnel, les partisans chanceux auront au moins la chance de vivre des claques dignes des plus grands.

Alors, je vous repose la question : vous vous souvenez la dernière fois que vous vous êtes dit : j’ai tellement hâte au prochain match des Padres? Moi oui, et Franchy Cordero en est la principale raison.

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur reddit
Partager sur email
Précédent

Les Red Sox de 2018 à l’image des Expos de 1996

Éric Gagné : un nouveau reportage fait surface

Suivant