Dave Roberts n’a pas peur de perdre son poste

En regardant le classement, la position des Dodgers est l’un des premiers éléments qui sautent aux yeux. Avec 7.5 matchs de retard sur la tête de la division et devançant seulement les pauvres Padres au classement de la division Ouest, les Dodgers de Los Angeles sont méconnaissables.

Les blessures de Justin Turner et de Corey Seager, la guigne de la deuxième année de Cody Bellinger et la fatigue collective sont-elles toutes de bonnes raisons pouvant expliquer les improbables insuccès de la formation qui a perdu le match no. 7 de la dernière Série mondiale? Sans doute, oui.

Mais je ne veux pas revenir sur les (nombreuses) raisons aujourd’hui ; je veux parler du gérant.

Dave Roberts, qui est en poste depuis novembre 2015, a guidé les Dodgers vers le sommet de la division à ses deux premières années à la barre de la formation. Il oeuvre au sein de l’un des plus gros marchés de la MLB… et ce marché, fort de ses cinq titres de divisions consécutifs, s’est habitué à la victoire.

En confiance malgré tout

Malgré tout, Roberts n’est pas stressé, il n’a pas peur de perdre son emploi… et il croit toujours que les Dodgers peuvent terminer au sommet.

Le président des Dodgers, qui a préféré blâmer les têtes dirigeantes de la formation pour les insuccès, a pris la défense de son gérant, qui est lui-même en mode solution. Plutôt que de perdre le sommeil à essayer de figurer s’il peut garder son emploi ou non, Roberts travaille de concert avec ses joueurs afin de trouver la recette magique qui replacera ses hommes sur la route du succès.

Le gars a clairement la bonne attitude.

Cependant, cette bonne attitude pourrait ne pas suffire. Si la dégringolade des Dodgers se poursuit, l’organisation pourrait opter pour la plus facile des solutions afin de donner un boost à une formation, en remerciant son gérant. Parce que, c’est bien connu, une équipe est à même de rebondir lorsque le gérant perd son emploi.

Après tout, les Dodgers viennent d’être balayés par les Reds, une équipe pitoyable qui a justement congédié son gérant au cours des dernières semaines…

Le gérant de l’année 2016 saura-t-il trouver les mots pour redonner confiance à ses hommes? Le temps commence à jouer contre lui…