Comment ne pas parler (encore) de Justin Verlander?

Chaque fois que Justin Verlander est sur la butte, j’ai l’impression que quelque chose de spécial va se produire. Du moins, qu’une performance magistrale sera au rendez-vous.

Je crois que l’on peut affirmer sans trop se tromper, que l’artilleur représente LA meilleure prise, à minuit moins une, précédente la date limite des transactions dans la MLB la saison dernière. N’est-ce pas? Facile à dire après… je sais. C’est aussi facile dire que c’est vraiment mieux que l’acquisition de Sonny Gray par les Yankees… mais passons!

Revenons à nos moutons, ou plutôt à notre «chèvre» (GOAT – Greatest of All Time), Justin Verlander. Il a épaté la galerie encore une fois hier soir dans une victoire de 2-0 des Astros sur les Angels, complétant les neuf manches et ne concédant aucun point. Au passage, il en a même profité pour réaliser sept retraits sur des prises et par le fait même, son 2500e en carrière (qui était le septième du match, en neuvième manche). Il est le 33e artilleur de l’histoire à atteindre cette marque.

Avec cette victoire, les Astros ont maintenant deux matchs d’avance sur les Angels dans l’Ouest de l’Américaine avec un dossier de 28 gains et 17 revers.

Le mari de Kate Upton affiche une moyenne de point méritée impressionnante de 1.05 — qui correspond à la plus basse moyenne après les 10 premiers départs d’une saison, depuis le 0.88 d’Ubaldo Jimenez des Rockies en 2010. Verlander détient bien évidemment la meilleure moyenne présentement dans le circuit, et par plus d’un demi-point!

Capture d’écran : mlb.com

Bref, comment ne pas encore en parler? Impossible! Il est tout simplement trop dominant.