Emma Tiedesmann

Emma Tiedemann : première femme à la description dans la South Atlantic League

Appelez-moi naïve, mais je crois à l’équité des chances. Je crois au meilleur talent en place, peu importe le sexe ou la nationalité. Bref, le sexisme et le racisme, très peu pour moi. C’est donc toujours avec bonheur que j’accueille des nouvelles comme celle d’Emma Tiedemann.

Elle est non seulement une nouvelle voix féminine dans la MiLB, mais aussi la première descriptrice play-by-play de la South Atlantic League, où elle sera la voix des Legends de Lexington, le club affilié des Royals au niveau A.

Publicité

D’une génération à un autre

C’est grâce à son grand-père si Emma fait ce métier aujourd’hui. Plus jeune, elle jouait au basketball et a été appelée à aider son grand-père, le vétéran descripteur Bill Mercer, lors d’une description de match de basketball à l’âge de 15 ans. L’histoire veut que ce dernier l’ait invité à ajouter des commentaires ici et là… et qu’au final elle ne lui a laissé placer que quelques mots.

D’ailleurs, il est possible que le nom de Bill Mercer vous dise quelque chose. C’est qu’il a lui aussi couvert la MiLB, mais surtout, il a été l’une des voix des Rangers du Texas. S’il est convaincu qu’elle atteindra son but, il sait qu’elle comprend que tout ça est un processus et qu’elle ne pourra pas brûler des étapes.

Publicité

Détermination au carré

De la détermination pour atterrir où elle est, il en faut. Toutefois, c’est surtout du talent et du travail acharné qu’on doit détenir.

Pour être dans l’industrie, tu ne peux pas accepter la négativité des gens qui te disent non à cause de ton sexe. Tu ne peux pas laisser ça dominer tes pensées. Tu dois penser au positif et aux gens qui t’encouragent. – Emma Tiedemann

Elle s’inscrit donc dans un club restreint, car peu de femmes pratiquent présentement ce métier. On voit de plus en plus de femmes journalistes, comme Hazel Mae, ou encore analystes, comme Jessica Mendoza, mais peu au poste de description play-by-play. Emma ne s’en cache pas, son but est d’atteindre les Ligues majeures. Elle rêve d’être une descriptrice dans la MLB et savoure le processus pour s’y rendre.

Selon les gens du milieu, elle a tout pour réussir et atteindre son objectif, si l’on écarte les misogynes.

Mes standards pour le play-by-play tournent seulement autour de la passion et la connaissance du jeu, un esprit curieux et bien sûr un bon sens de la description et du storytelling. La totalité de ma connaissance du baseball provient du fait que j’en écoute et regarde à la pelletée en plus de lire énormément à ce sujet. N’importe qui qui fait ça peut en vivre au plus haut niveau. Point. – Len Kasper, descripteur des Cubs de Chicago.

Len Kasper résume très bien comme je vois ça. Si quelqu’un a du talent, peu importe sa couleur de peau, sa nationalité et son sexe, il a le droit d’exercer ce travail, mais surtout, doit avoir les mêmes chances que les autres. C’est exactement ce qu’Emma a. Du talent, de l’éthique de travail et une volonté de fer.

Tu dois y aller et travailler le plus fort possible et si tu veux le faire, alors fais-le.

De sages paroles applicables à tous les niveaux. Ne laissez rien vous arrêter. Absolument rien.