Le Juge est toujours dans le rétroviseur de Mark McGwire

Une 39e bombe au champ opposé. C’est de cette façon qu’Aaron Judge a fait craquer son bâton cet après-midi, lors d’un gain des Bombardiers. Une victoire percutante de 9-1 contre les vrais moineaux, les Orioles, qui sont dans le rétroviseur des Yankees pour les équipes repêchées ainsi que le second rang de la division Est de l’Américaine.

Le mois d’août n’est certes pas aux oubliettes puisqu’il sert d’apprentissage, de point de repère, pour le Juge. Si une situation comme celle-ci se représente le bout du nez, il pourra composer avec elle grâce à l’expérience cumulée au mois d’août. Oui. Ce mois est derrière lui. Un mois où il n’aura traversé que trois balles derrière la clôture. Ai-je besoin de ramener sa piètre moyenne de .185 lors de ce mois d’août médiocre?

Le dernier droit

Le mois de l’automne est fraîchement amorcé. C’est le dernier droit avant que les équipes permises entament la danse automnale. La troupe de Joe Girardi additionne les gains depuis que septembre bat son plein. Quatre victoires en six duels. Pendant ce temps-là, le Juge se remet à gagner des causes sereinement. Sa ligne de frappe ne rayonne toujours pas, mais l’amélioration y est : .227/.393/.545. Sans omettre ses deux claques en orbite.

Son compteur indique 39 circuits. Il figure au second rang de l’histoire pour le nombre de longues balles chez les joueurs recrues. S’il détruit les balles au même rythme qu’en début de campagne, les chances qu’ils égalisent ou dépassent le premier de classe, Mark McGwire, existent encore. Lors de la saison 1987, McGwire a marqué l’imaginaire en propulsant 49 balles de l’autre côté des champs.

Il ne lui reste que 23 joutes… Pour cogner 10 longues balles en si peu de temps, il devra éviter les léthargies et offrir un rythme encore plus élevé que ses plus gros mois de l’été (avril et juin) où il a atteint la dizaine. Même si le mois d’août figure désormais dans les livres historiques, il touche son présent et vient handicaper sa course vers cet objectif. Quoi qu’il en soit, le 99 demeure un phénomène rare, qui a mis son empreinte dans les annales du baseball.

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur reddit
Partager sur email
Précédent

Des montagnes russes pour Milwaukee

MLB en bref : Jeter renvoie Samson | Salazar en relève | La série Yankees c. Rays relocalisé?

Suivant

Laisser un commentaire