Darryl Strawberry passe les Mets au tordeur

L’ancienne gloire de l’édition championne de 1986 des Mets de New York, Darryl Strawberry, a passé son ancienne équipe au tordeur lors d’une entrevue radio. Non seulement ça, mais il en a profité pour encenser… nul autre que les Yankees de New York. L’autre équipe de la Grosse Pomme avec qui les Mets se disputent la couronne des lieux – avec Jay Z qui se proclame roi de New York, bref, ça fait beaucoup.

Il était probablement le meilleur propriétaire à vie d’une équipe sportive, car il aimait les gens et ses joueurs. Toute personne qui endosse un uniforme des Yankees est de la famille pour lui. Il ne tourne pas le dos à ses joueurs comme l’autre équipe de la région. – Strawberry

Si vous vous posez la question, Strawberry fait référence aux grandes difficultés des Mets à garder le dialogue ouvert avec ses anciens joueurs.  Ce n’est un secret pour personne, l’équipe n’est pas reconnue pour mettre de l’avant sa riche histoire, bien qu’elle ne soit plus une jeune équipe d’expansion.

D’un autre côté, est-ce que le passé et les problèmes constants des vedettes de l’époque (ou s’ils en ont encore) dont Strawberry fait partie ne sont pas des facteurs de cette «guerre» ? Ou encore, se pourrait-il que Strawberry soit offusqué qu’on ne lui rende pas hommage à sa juste valeur selon sa propre vision?

Photo : Richard Harbus /New York Daily News

Dur à dire. Oui, les Mets ne semblent pas être fiers de leur histoire, histoire qu’ils utilisent très rarement dans leur marketing, mais le problème se situe vraiment plus loin. Ça dépasse la fierté. C’est plutôt, selon moi, une accumulation de plusieurs facteurs tels que : le régime en place, la difficulté de certaines personnalités ou l’image qu’ils veulent projeter… On ne se le cachera pas non plus, l’organisation des Mets est vraiment compliquée et n’est pas un exemple de saine gestion.

Trahison de Strawberry?

Difficile à dire s’il s’agit vraiment d’une trahison, il ne faudrait pas oublier que Strawberry a passé les 5 dernières saisons de sa carrière avec les Yankees, bien qu’il ait gagné la Série mondiale lors de l’édition 1986 avec les Mets. Sans oublier que l’homme n’a pas la réputation d’être un enfant de choeur et que si quelque chose ne fait pas son affaire, il le fera savoir. Mais, oui, il y a de quoi faire friser les oreilles et ce n’est surtout pas ce que les Mets veulent entendre.

Si Jay-Z, les Yankees et les Mets ne seront jamais tout à fait les rois de New York, ce ne sera pas Strawberry qui le sera non plus.

Commentaires

Laisser un commentaire