20 sur 20 pour les Indians

C’est un Corey Kluber des grands soirs qui a permis aux Indians de remporter un 20e succès de suite. (Crédit Photo – Getty Images)

C’est fait. Les Athletics 2002 version “Moneyball” de Billy Beane ont de la compagnie. Les Indians de Cleveland viennent de réaliser l’exploit de remporter une 20e victoire de suite. Les Tigers de Detroit se sont bien battus, mais ils n’ont rien pu faire face à la force de caractère des protégés de Terry Francona.

Gagner 20 matchs de suite dans le sport, quel qu’il soit, n’est pas chose simple. Pour les Indians, vainqueurs 2-0 ce mardi face aux Tigers de Miguel Cabrera, les choses semblent plus simples.

Encore une fois, les locaux ont frappé d’entrée de jeu et une nouvelle fois c’est Francisco Lindor qui a planté le premier coup d’épée en frappant son 30e coup de circuit de la saison sur le 7e lancer de la partie. Les Indians voulaient leur 20e, Lindor leur a offert son 30e.

Le ton était donné. Ce match était celui des Indians de Cleveland.

Lindor rejoint Alex Rodriguez et Nomar Garciaparra comme seuls joueurs à l’arrêt-court à frapper un minimum de 30 longues balles avant même d’avoir célébré son 23e anniversaire. Il écrit également son nom aux côtés de Jimmy Rollins (2007) et Jose Valentin (2004) pour le plus grand nombre de circuits (30) chez les arrêts-court ambidextres.

Pour les amoureux de statistiques, les Indians ont désormais une fiche de 28 victoires et 4 défaites depuis que Francisco Lindor frappe à la première place dans l’alignement concocté chaque jour par Tito.

Les Indians ont eu à plusieurs reprises l’occasion de terminer le match en remplissant les buts, mais sans toutefois y arriver, le lanceur partant des Tigers Matt Boyd, ayant sorti la tête de l’eau après sa première manche fatale, est allé chercher des retraits à la plaque au bon moment.

C’est en 6e reprise que les héros du jour ont ajouté un point de plus au tableau d’affichage. Avec Carlos Santana au troisième but et Yan Gomes au bâton, le lanceur Drew VerHagen a échappé un tir sur lequel le receveur Bryan Holaday n’a rien pu faire. Carlos Santana n’en demandait pas tant et ne s’est pas fait prier pour inscrire son point, le deuxième et dernier qui a été inscrit dans la partie.

Kluber en mode “Cy Young”

De son côté, Corey Kluber a une nouvelle fois été magistral. Le lanceur droitier des Indians a répondu présent sans jamais vraiment trembler, tel le champion qu’il est. Le joueur dont tout gérant rêve d’avoir pour ce genre de rendez-vous, l’homme de la situation.

Une soirée de travail parfaite pour l’artilleur qui empoche sa 16e victoire de la saison. Et quelle victoire! Match complet, blanchissage, 5 coups sûrs concédés, aucun but sur balles et 8 retraits au bâton. Un Kluber des grands soirs qui voit le trophée “Cy Young” se rapprocher à grands pas, lui qui l’a déjà remporté en 2014 après une saison exceptionnelle (18 victoires – 9 défaites, 2.44 ERA, 1.09 WHIP et 269 K).

Et maintenant ?

Une telle série, un tel exploit, ne doit pas faire sortir les Indians de leurs plans initiaux : remporter la Série mondiale.

Gagner 20 matchs de suite ne passe pas inaperçu. La presse aime ça, les fans sont déchainés et en veulent encore plus, les paris vont bon train. L’équipe, qui vient de rejoindre les Athletics d’Oakland de 2002 (20 victoires de suite), pourrait dès demain rejoindre les Cubs de 1935 comme seules équipes à signer 21 succès consécutifs.

Je ne m’inquiète pas pour les Indians. Avec un manager comme Terry Francona dans le vestiaire, ils sont entre bonnes mains et garderont les pieds sur terre. En attendant, chaque victoire est à apprécier, chaque succès forge encore un peu plus la caractère, chaque partie gagne en intensité et prépare pour les séries éliminatoires, chaque soir l’équipe est attendue et sera encore attendue, à domicile ou en déplacement.

Francona a sans doute déjà trouvé les bons mots pour que son équipe ne vole pas en éclat à la fin de cette série, si celle-ci se termine un jour.

Commentaires

Laisser un commentaire