Mes souvenirs de Jeff Bagwell

On parle beaucoup de Tim Raines lorsqu’il est question du week-end d’intronisation du Temple de la renommée qui se déroulera cette fin de semaine à Cooperstown. Un autre nom frappe mon imaginaire : Jeff Bagwell!

Lorsque j’entends le nom de l’ancien joueur de premier but des Astros de Houston, je ne peux que me remémorer des souvenirs du début des années 90. Je me revois au Club Vidéo Masson (Salut Robert!) achetant des paquets de Topps Stadium Club 1991 pour tenter d’obtenir la carte recrue de Jeff Bagwell! Elle avait une bonne valeur à l’époque, ce n’est plus le cas malheureusement.

Publicité
La carte recrue de Jeff Bagwell (Topps Stadium Club 1991). Photo : EBAY

Je me revois aussi au Stade olympique admirant le puissant cogneur qui était mon deuxième joueur favori dans la MLB derrière Ken Griffey Jr. Qui ne se souvient pas du fameux duo qu’il formait avec le joueur de deuxième but Craig Biggio? Les Killer B’s ont terrorisé les lanceurs adverses pendant de longues années à Houston.

À l’époque, j’étais loin de me douter que je regardais jouer un futur membre du Temple de la renommée. Il a terminé sa glorieuse carrière avec un impressionnant total de 449 coups de circuit et 1529 points produits.

Jeff Bagwell, c’est aussi 15 saisons avec la même formation, chose très rare dans le sport moderne. C’est 2150 parties et 7797 présences au bâton, toutes avec les Astros de Houston. Il avait pourtant été repêché par les Red Sox de Boston. Ils l’ont échangé avant même qu’il ne joue dans les ligues majeures contre un releveur, Larry Anderson. C’était à la fin de la saison 1990.

Publicité

Anderson n’aura lancé que 22 manches avec les Red Sox tandis que Bagwell… a été Jeff Bagwell! Quelle horrible transaction pour les Sox. La direction des Astros n’était pourtant pas vendue à l’idée d’obtenir le prolifique cogneur. Ils peuvent remercier Stan Benjamin qui couvrait le territoire de la Nouvelle-Angleterre pour Houston à l’époque.

Les Astros étaient inquiets de la puissance de Bagwell (il n’a frappé que 6 coups de circuit en 1989 et 1990), mais Benjamin leur a dit que même Babe Ruth ne frapperait pas de longues balles dans ce stade tant il était difficile de sortir la balle. Ils l’ont écouté, le résultat a été frappant.

Jeff Bagwell sera admis à Cooperstown ce week-end. Photo : mlb.com

Bref en 1991, Bagwell qui était un troisième but dans les ligues mineures a été muté au premier coussin en raison de la présence de Ken Caminiti au troisième coussin. Il a remporté le titre de recrue de l’année dans la Ligue nationale. J’espère que la direction a donné un boni à Stan Benjamin!

Publicité

C’est en 1994 que l’on a assisté à la véritable éclosion de Jeff Bagwell. J’ai été un témoin privilégié lors du passage des Astros à Montréal, car j’allais voir énormément de matchs cette année-là. Devinez pourquoi…

C’est une production de 39 coups de circuit, 116 points produits en seulement 400 présences au bâton! WOW! Un premier match des Étoiles et un titre de MVP en prime.

Entre 1996 et 2001, c’est respectivement des saisons de 120, 135, 111, 126, 132 et 130 points produits.

On l’oublie souvent, mais il récoltait énormément de buts sur balles également. Lorsque tu termines ta carrière avec un OBP (pourcentage de présence sur les buts) de .408, tu peux dire: MISSION ACCOMPLIE!

Bienvenue à Cooperstown, Jeff Bagwell! Je me sens privilégié de t’avoir vu jouer LIVE!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.