Michael Jordan : Des Bulls aux White Sox

Ces jours-ci, les partisans de basketball contemplent la troisième finale consécutive entre les Warriors de Golden State et les Cavaliers de Cleveland. Les deux équipes, menées par Stephen Curry et LeBron James, forment une dynastie moderne. King James en est d’ailleurs à sa septième finale de suite, une huitième en carrière!

Mais pourquoi tu nous parles de ça, Charles? Le site ne s’appelle pas Passion NBA! 

Parce que je veux vous démontrer que le baseball est partout.

Publicité

LeBron James est présentement comparé à l’un des plus grands du basket, Michael Jordan. Et comme vous le savez peut-être, Jordan a connu une courte carrière dans le baseball mineur.

Crédit : Basket Infos

J’ai donc eu envie de prendre la balle au bond et de vous parler de la carrière dans le baseball du grand Jordan. Parce que, oui, il y a toujours des liens à faire avec le baseball quand la passion y est!

Première retraite du basketball

En octobre 1993, Michael Jordan prend le monde du basket par surprise et annonce sa retraite. Visiblement satisfait de ce qu’il a réussi à accomplir au basketball, il veut donner un nouvel élan à sa vie.

Il faut dire que l’assassinat de son père, survenu à l’été 1993, l’a grandement bouleversé. Mais assez pour le pousser à la retraite, âgé de 30 ans seulement, alors qu’il était au sommet de sa forme?

Visiblement, oui.

Seulement, celui qui avait déjà tout accompli dans le monde du basketball cherchait à meubler ses journées. Il a donc décidé de rendre hommage à son père, qui voulait faire de lui un redoutable joueur de balle, en tentant sa chance au baseball. C’est au début du mois de février 1994 que Jordan signe un contrat des ligues mineures avec les White Sox de Chicago. On parle effectivement de ces mêmes White Sox qui étaient détenus par Jerry Reinsdorf, aussi propriétaire des Bulls de Chicago.

Crédit : For The Win

Michael Jordan s’est donc pointé au camp des White Sox où il a attiré l’attention comme pas un – malgré le fait qu’il n’était qu’une recrue. Tout le monde était curieux de savoir comment la gloire des Bulls se débrouillerait dans son nouveau sport.

Publicité

Saison 1994

À l’issue du camp d’entraînement, les White Sox l’ont assigné aux Barons de Birmingham, leur club-école de niveau AA. Son programme d’entraînement intense, ses qualités athlétiques et sa renommée lui auront permis de commencer si haut, sans passer par les habituelles ligues réservées aux recrues.

Il a passé toute la saison 1994 à ce niveau-là, patrouillant le champ extérieur des Barons. En 127 parties en Alabama, Jordan a maintenu une ligne de frappe de .202/.289/.266. Il a volé 30 buts, frappé trois longues balles et produit 51 points.

Crédit : Sports on Earth

Par la suite, les White Sox ont décidé d’envoyer Jordan dans la ligue d’automne d’Arizona, habituellement réservée aux meilleurs espoirs des Majeures. En 35 parties avec les Scorpions de Scottsdale, il n’a cependant rien cassé. Ses statistiques officielles sont difficiles à trouver, mais on raconte qu’il ne se démarquait pas du lot.

Retour au basketball

Une fois le camp d’entraînement des White Sox de 1995 amorcé, Jordan a réalisé qu’une carrière dans les Majeures n’était pas à sa portée. Combiné à son désir de rejouer au basketball, il a décidé de revenir à la maison avec les Bulls de Chicago. Il passera quelques autres saisons avec les Bulls avant de se retirer à nouveau en 1998.

De 2001 à 2003, il ressortira de sa retraite pour s’aligner avec les Wizards de Washington, à la suite de quoi il prendra définitivement sa retraite. Il est aujourd’hui le propriétaire des Hornets de Charlotte, et ce, depuis 2010.

Jumpman. Crédit : Wikipedia

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que Jordan ne sera pas reconnu en tant que voltigeur des White Sox, mais bien en tant que joueur de basket. Son passage dans le monde du baseball nous aura néanmoins prouvé qu’il est un grand sportif.

À ce propos, rappelons que Bo Jackson est parvenu à obtenir sa part de succès dans la NFL et dans la MLB. En sachant, en plus, qu’il pratiquait les deux sports en même temps, il s’agit d’un exploit remarquable! Ce n’est pas facile de dominer deux sports… et Tim Tebow s’en rend compte.

Mais le passage de Michael Jordan nous aura aussi démontré que le baseball n’est pas un sport aussi facile à jouer que certains veulent bien nous le faire croire. C’est toutefois ce qui rend Jordan si unique : le passe-temps officiel des Américains était un défi à la hauteur du sportif qu’il était!

Sources : Basket USA et Wikipedia

Image par défaut
Charles-Alexis Brisebois
Présent depuis les débuts du site, Charles est un véritable passionné de baseball. Il souhaite que les amateurs aient le réflexe de choisir Passion MLB pour s'informer et que le baseball continue de prendre de l'importance au Québec. Vous pouvez aussi l'entendre régulièrement sur les ondes du 91.9 Sports afin de discuter de l'actualité de la MLB.
Publications: 3255
Alleyop360Attitude Football