L’anxiété de Roberto Osuna : Oui. Il y a un remède miracle

Depuis le mois de février, je prends des médicaments servant à maintenir mon anxiété à un niveau stable. Dans le passé, c’était une honte pour moi, cette anxiété. Aujourd’hui, j’en ai fait mon ami, mon allier, et cette peur d’en parler ouvertement s’est soudainement dissipée. L’orgueil m’empêchait de prendre cette petite pilule miracle que je prends désormais tous les jours… Depuis ce temps, je ne cours plus après ma queue et j’aide les gens aux prises avec ce petit poison. Donc lorsqu’un athlète de mon sport chéri est aux prises avec cette « maladie », ça m’interpelle beaucoup.

Roberto Osuna n’était pas disponible lors du match de vendredi dernier (où les Jays se sont inclinés 5-4 contre les Royals) à cause de ce problème de plus en plus puissant. Lorsqu’il escalade la butte, il se sent bien, selon un traducteur, mais en dehors du parc, il se sent bizarre et complètement perdu. Maudit que je connais ce type de langage là. Cette anxiété chez lui semble s’être développée tardivement puisqu’il a évoqué ne JAMAIS s’être senti ainsi.

Photo : Dan Hamilton-USA TODAY Sports

Une lutte contre l’anxiété

Afin de surmonter et lutter contre cette anxiété, Paddy Steinford, le coach de vie des Moineaux, voyage avec l’équipe. Osuna a beaucoup d’étoffe et à 22 ans, il demeure certes l’un des meilleurs closers des Majeures. Cette campagne-ci, 19 sauvetages sont inscrits à sa fiche. Il est également devenu le joueur le plus jeune de l’histoire à atteindre le plateau des 75 sauvetages lorsqu’il a enregistré son 19e.

Osuna Matata ne s’est pas présenté sur le monticule du weekend… Le kid ne sait pas comment procéder afin d’améliorer sa condition mentale. Steinford le supporte et lui prodigue des conseils pour un parcours vers la réussite. Toutefois, Osuna semble douter actuellement que tout ça fonctionne. Il doute beaucoup.

Si je peux me permettre un conseil, après 10 ans à refuser les médicaments parce que je me croyais invincible, depuis que j’en gobe, ma vie n’est plus la même. Tout a changé pour le mieux et je suggère à tous ceux et celle qui refusent ce traitement par un orgueil mal placé d’écraser celui-ci et de passer à l’action. La maladie mentale, il n’y a pas de honte à ça.

Source : TSN

Commentaires

Laisser un commentaire