Qu’est-ce qui cloche avec Arrieta?

Selon les rumeurs en mars dernier, le lanceur des Cubs désirait faire sauter la banque à la fin de la présente saison, atteignant l’autonomie. On discutait même des faibles possibilités qu’il resigne avec Chicago, considérant que la formation préférait plutôt lui offrir un pacte de quatre ans contrairement aux sept années pour 200 millions de dollars qu’il désire. Mais ses chances de signer ce contrat se font de plus en plus faibles, et ce, même si son agent Scott Boras semble diminuer la profondeur du problème de son client.

Crédit : MLB

Un début de saison affreux

Jake Arrieta, à l’instar de la rotation partante qui ne livre pas la marchandise chez les Cubs, – j’en parle d’ailleurs dans le dernier podcast – ne connait pas une excellente saison. En fait, on pourrait même dire affreuse avec sa moyenne de points mérités de 4.92. Exacte, affreuse. En 2016, sa moyenne était plutôt de 3.10, ce qui est somme toute bon. Mais celles-ci sont bien en déca des saisons 2014 et 2015, saison où il a reçu son Cy Young,  où il était intraitable avec des moyennes respectives de 2.53 et 1.77.  Le lanceur n’est plus l’ombre de lui-même en 2017 jusqu’ici.

Publicité

Perte de vitesse

Non seulement sa moyenne de points mérités ne cesse de dégringoler depuis 2015, mais contrairement à ce que Scott Boras peut penser, la balle rapide de Jake Arrieta perd aussi de la vitesse. Un combo mortel pour un lanceur.

Crédit : Capture d’écran ESPN

En deux ans, la balle rapide d’Arrieta a perdu 2.2 MPH en vitesse. Contraire au 1 mph avancé par Scott Boras ? Ça dépend à quelle année l’agent fait référence. Si de 2015, année de son Cy youngà 2017 la balle rapide du lanceur a diminué de 2.2 milles à l’heure passant de 94.6 mph à 92.2 mph, de 2015 à 2016, elle a effectivement ralentie de 1 MPH,  lui qui a tenu une moyenne de 93.6 l’an dernier. 

 

Année 2015 d’Arrieta, Moyenne de la rapide : 94.6 mph  Crédit : Baseball Savant (Statcast Search)
Année 2016 d’Arrieta, Moyenne de la rapide : 93.6 Crédit : Baseball Savant (Statcast Search)
Saison 2017 en date du 27 mai, Moyenne de la rapide d’Arrieta : 92.2, Crédit : Baseball Savant (Statcast Search)

Cette perte de vitesse combinée à une perte de vélocité rend le travail des frappeurs plus facile. Ces derniers peuvent ainsi plus souvent frapper sa balle ce qui a pour effet de gonfler sa moyenne de points mérités. Alors, même si Boras n’est pas tout à fait à côté de la plaque, un fait demeure: la rapide d’Arrieta a perdu énormément de vitesse en deux ans. Ce qui n’est pas une bonne chose.

Où est le problème?

Il a changé sa façon de travailler

Il ne réside pas seulement dans sa balle rapide. Sa balle cassante a aussi perdu en vitesse et il ne la lance plus de la même façon. À son arrivée à Chicago, les Cubs ont ajouté à son arsenal la balle rapide coupée, type de rapide qu’il n’avait jamais vraiment utilisé auparavant. Cela lui a permis de connaître ses deux meilleures saisons en carrière (2014 et 2015). Mais pour une raison qu’on ignore, cette année, il utilise très peu celle-ci et il compense en lançant plus de glissante, de rapides et de changement de vitesse. Il a donc changé sa façon de travailler et ceci semble être un grand facteur dans ses succès/déboires.

Publicité

La fatigue?

S’il est vrai que la rotation partante dont fait partie Arrieta a été surtaxée lors de la dernière année lors de la conquête de la Série mondiale, il demeure que ses statistiques précédentes démontrent qu’il ne s’agit pas seulement d’un cas à part. Oui, ses comparses chez les Cubs détiennent passablement le même genre de moyenne de points mérités à l’heure actuelle. Il est aussi normal qu’après une année de Cy Young ou de Série mondiale que les chiffres gonflent un peu, mais pour Arrieta, ça va un peu plus loin.

Crédit : Chicago Tribune

Trop de pression?

Outre les stats, il y a plusieurs facteurs humains, qu’ils soient physiques ou psychologiques qui peuvent expliquer les déboires du lanceur. Peut-être qu’Arrieta veut tellement performer pour obtenir ce contrat lucratif, qu’il se met énormément de pression. Se mettre autant de pression peut avoir un effet pervers et la réalité entre les résultats voulus et ceux obtenus est assez grande. Ainsi, le manque de constance que le lanceur démontrait déjà l’an dernier s’est accentué cette année.

Que Boras le veuille ou non, les problèmes de son poulain sont beaucoup plus criants qu’il ne veut ou ne le laisse croire.

Borras n’a pas tout à fait tort

Il est improbable qu’Arrieta redevienne l’Arrieta de 2015, mais la version de 2017 est un non-sens. Le lanceur semble complètement déréglé.

Toutefois, le top agent de joueurs Scott Boras a tout de même raison sur un point. Il est peut-être un peu trop tôt pour juger cette moyenne et Arrieta a encore du temps pour revenir à des stats convenables considérant que nous n’en sommes qu’à la fin mai. Mais si la tendance de la dernière campagne et du début de celle-ci se maintient, ça n’augure pas bien pour Arrieta ni pour son prochain contrat.

Publicité

Sources : The dynastie Guru, 12Up, Cubs insider et ESPN

Interactions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *