fbpx

Les Red Sox passent au batte, édition du 8 au 15 août 2016

Aujourd’hui marque la première d’une série de chroniques hebdomadaires sur les Red Sox de Boston. La chronique, que j’ai savamment intitulé Les Red Sox passent au batte, se veut un retour sur la dernière semaine des Red Sox; les bons coups, les mauvais coups; les héros, les zéros; et, qui sait, peut-être quelques bloopers ou encore quelques meilleurs moments sous forme de vidéos.

Ici, pas d’objectivité. Juste un gros parti-pris pour les Red Sox.

Alors je ne vous ferai pas languir davantage – je sais que vous ne vous pouvez plus- LES RED SOX PASSENT AU BATTE, première édition : du 8 au 15 août 2016.

Excellente semaine

La dernière semaine des Red Sox a été une excellente semaine. Ils ont remporté 5 de leurs 7 matchs, dont un très important avant-hier à Cleveland, contre les puissants Indians. Il s’agissait d’un match remis et qui les mettaient à égalité avec les imbuvables Orioles.

Pour moi, la seule ombre au tableau durant cette semaine, ce sont les deux défaites face aux Yankees. Je vous entends déjà dire : « Bin là, Steve, y’ont seulement perdu deux games, y peuvent pas être parfaits ». Je sais. Je dis juste que ç’eût été (mon ami Éric va aimer l’utilisation de ce fabuleux temps de verbe) préférable de vaincre les Yankees et de perdre contre l'Arizona, mettons.

OK… c’est un peu plus moche de perdre contre une si mauvaise équipe que les Diamondbacks, mais tu veux éliminer les Yankees au plus sacrant. D’autant plus que la course au championnat risque de s’étirer jusqu’à la fin de l’année. Tu ne veux pas que les maudits Yankees brouillent les cartes davantage.

Série face aux Yankees.

Je vous écrivais récemment que la rivalité entre New York et Boston était morte, mais qu’elle avait ressuscité le temps d’un relais la semaine dernière. Eh bien… à part la 100e victoire en carrière de Porcello, c’est tout ce qui s’est passé d’intéressant lors de cette série. Peu de points ont été marqués, il n’y a pas eu de grandes performances de la part des lanceurs… Même A-Rod a été cloué au banc lors de son dernier passage (en 2016?) à Fenway. Non, vraiment, c’est le genre de série qui donne des munitions aux détracteurs du baseball.

Série face aux Diamondbacks.

Là, on en a du stock! Wow… Premièrement, quelle mauvaise équipe que celle des Diamondbacks de l’Arizona. Sérieusement, ça fait réellement dur. Même mon ami David Price a remporté un match. C’est vous dire comment ils sont mauvais.

Une chance que l’attaque a tonné d'ailleurs. Parce que dès la première manche, Price donnait deux points aux D-Backs. Je pensais qu'on allait assister à une catastrophe jusqu'à ce que Hanley Ramirez remette les pendules à l'heure avec deux circuits, menant les siens vers un gain de 9-4.

L'attaque n'a jamais dérougi par la suite, inscrivant 6 points dans la deuxième rencontre et 16 dans la troisième. Mookie Betts en a d'ailleurs mis plein la vue avec son deuxième match de trois circuits cette saison, grimpant son total à 26; à égalité (à ce moment) avec David Ortiz. Le pauvre Greinke est retourné dormir après une manche et deux tiers de travail. Rick Porcello a encore bien fait, accordant seulement un point mérité en 7 manches.

Le match contre les Indians

Crédit: mlblogsredstatebluestate
Crédit: mlblogsredstatebluestate

Cette game-là me faisait peur, je dois l'avouer. Les Indians représentent tout un club de baseball! Ils ont de la puissance, ils ont de bons lanceurs et ils disposent de l'un des meilleurs gérants du baseball majeur en Terry Francona. Il n'aurait jamais dû quitter Boston lui, d'ailleurs. Quelle erreur de jugement de la part des Sox. Revenons au match.

C'est Drew Pomeranz qui avait la lourde tâche d'affronter les puissants Indians. Le grand gaucher affrontait pour l'occasion l'énigmatique Josh Tomlin. Tomlin, on le sentait, était prêt à se faire battre en ce beau lundi ensoleillé. Ses balles étaient lentes et restaient suspendues. Exactement le genre de tirs que tu ne veux pas donner à un certain Big Papi. Parce que lui, des balles comme celles-là, il les expédie à 442 pieds du marbre mes amis! Terry Francona en a presque avalé son partiel!

Pomeranz a bien fait, n'accordant que deux points mérités en 7,2 manches de travail, retirant six frappeurs au bâton dans la victoire de 3 à 2 des siens.

Héros et zéro

Les héros de la semaine du côté des Red Sox? Il y en a deux. Mookie Betts et Rick Porcello.  Betts a maintenu une moyenne de ,360 grâce à 9 coups sûrs, dont 3 circuits et 11 points produits, en plus de marquer 5 fois. Vraiment, des stats de MVP!

Bogaerts passe au batte Crédit: http://cache.boston.com
Bogaerts passe au batte
Crédit: http://cache.boston.com

En ce qui a trait à Porcello, il a continué son excellent travail. Vraiment, je l'aime de plus en plus celui-là. Pas comme un certain lanceur gaucher ayant le même nom de famille qu'un certain gardien de but, d'une certaine équipe de hockey, d'une certaine ville du Québec... M'enfin... Je disais donc que Porcello a encore une fois été excellent. Il a remporté les deux matchs auxquels il a pris part, mais ce qui est vraiment bon, c'est qu'il n'a pas connu de petites sorties de cinq manches. Non madame! Il a totalisé 15 manches en deux départs, atteignant au minimum la 7e manche dans les deux cas. Il n'a concédé qu'un but sur balles, enregistrant 10 retraits sur des prises au passage. Seulement 3 points mérités ont été ajoutés à son dossier.

Le zéro de la dernière semaine n'est nul autre que Xander Bogaerts. Oui, oui, celui-là même qui est dans le top-5 pour la moyenne dans l'Américaine cette année. Il semble être sombré dans un marasme incommensurable. Je ne sais pas ce qui se passe avec lui, mais il n'est plus l'ombre de lui-même. Du 8 au 15 août, il a frappé pour ,182 (4 en 22); n'a produit qu'un seul petit point; a laissé de nombreux coureurs sur les buts; n'a marqué que 2 fois; et s'est fait passer dans la mitaine à quatre reprises. Espérons qu'il retrouvera son aplomb rapidement, car la course au championnat est plus serrée que jamais cette année.

À la semaine prochaine, même Batte-heure, même Batte-blogue.

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur reddit
Partager sur email
Précédent

Quand la jeunesse est plus forte que l’expérience

Josh Gibson, un rêve inachevé

Suivant

Laisser un commentaire