Joe DiMaggio : l’art de la constance

Entre amateurs de sport, nous adorons parler de records. Les plus vieux se rappellent de ceux qu’ils ont vu, les plus jeunes parlent des joueurs qui vont battre les records des vieux, un jour.

On dit souvent que tous les records sont faits pour être battus. C’est peut-être vrai.

N’empêche que certains ont très peu de chances d’être battus un jour. Je pense au match de 100 points de Wilt Chamberlain dans la NBA, au match de 10 points de Darryl Sittler au hockey et aux sept sacs du quart en un match de Derrick Thomas dans la NFL.

Avec plus de 150 ans d’histoire, le baseball majeur regorge de records. Plusieurs amateurs s’accordent pour dire que les joueurs qui battront certains de ces records ne sont pas encore nés. Par exemple,  la séquence de 2 632 départs consécutifs de Cal Ripken Jr, les 511 victoires (une moyenne incroyable de 20 victoires pour 162 matchs !) ET les 316 défaites en carrière de Cy Young.

Publicité

Mais, de l’avis de plusieurs, le record qui est le plus hors de la portée des frappeurs modernes est celui de Joe Dimaggio.

Joe DiMaggio : l'art de la constance 1

UN MATCH COMME LES AUTRES

Le 14 mai 1941, les Yankees de DiMaggio affrontent les Indians de Cleveland à New York.

Frappant au quatrième rang du rôle des frappeurs, Joltin’ Joe récolte un maigre but sur balles en quatre présences au bâton. Les Indians l’emportent, 4 à 1.

Le lendemain, 15 mai, les White Sox de Chicago s’amènent au Yankee Stadium pour le début d’une série de trois matchs. Les Yankees subissent une autre défaite, 13 à 1 ; DiMaggio produit le seul point à l’aide d’un simple, son seul coup sûr en quatre présences au bâton.

Somme toute, un match comme les autres.

À ce moment, personne ne se doutait que Joe DiMaggio entamait une incroyable séquence de 56 matchs consécutifs avec au moins un coup sûr.

Une séquence qui allait prendre fin le 17 juillet, dans une défaite contre… les Indians de Cleveland !

QUELQUES FAITS INTÉRESSANTS

Voici quelques faits intéressants concernant l’incroyable séquence du voltigeur des Yankees :

  • Moyenne au bâton de DiMaggio pendant sa séquence : ,408 (91 en 223), avec 15 coups de circuit et 55 points produits ;
  • Le 15 mai, au début de la séquence, les Yankees montraient une fiche de 14 victoires et 14 défaites, ce qui les plaçait en quatrième place, 5,5 matchs derrière Cleveland ;
  • À la fin de la séquence, le 16 juillet, les Yankees comptaient 55 victoires contre 27 défaites et étaient au sommet de leur division, 6 matchs devant Cleveland ;
  • Si DiMaggio avait prolongé sa séquence à 57 matchs, il aurait décroché une commandite d’une valeur de 10 000 $ de la part de Heinz, qui voulait mousser les ventes des 57 variétés de son ketchup ;
  • Alors qu’il évoluait pour les Seals de San Francisco de la Pacific Coast League, DiMaggio avait connu une séquence de 61 matchs consécutifs avec au moins un coup sûr, bon pour le deuxième rang de tous les temps (Joe Wilhoit, 1919) ;
  • Le 16 juillet, DiMaggio menait la Ligue Américaine au chapitre des points marqués (80), coups sûrs (124) et points produits (76). Cependant, le voltigeur Ted Williams, des Red Sox de Boston, le devançait pour la moyenne au bâton, à ,395 contre ,375 (Williams allait d’ailleurs terminer la saison avec une moyenne de ,406) ;
  • Né à Montréal, le releveur Joe Krakauskas, des Indians de Cleveland, a été le dernier lanceur à allouer un coup sûr à DiMaggio pendant sa séquence.

QUI POURRA LE BATTRE ?

Depuis 1941, le frappeur qui est passé le plus près de battre la séquence de DiMaggio fut Pete Rose, qui a frappé en lieu sûr dans 44 matchs consécutifs en 1978.

Publicité

Depuis 2002, neuf frappeurs ont eu des séquences de plus de 30 matchs avec au moins un coup sûr.

Les changements ont niveau de la stratégie et de l’utilisation des lanceurs expliquent en grande partie que le record soit si difficile à battre.

En 1941, DiMaggio a affronté 54 lanceurs différents. En comparaison, Jackie Bradley Jr., des Red Sox, a affronté 64 lanceurs différents durant sa séquence de 29 matchs consécutifs, plus tôt cette saison. DiMaggio avait la chance d’affronter le même partant quatre ou cinq fois par match, augmentant ses chances d’obtenir un coup sûr. Aujourd’hui, les frappeurs peuvent obtenir deux, parfois trois présences contre un lanceur partant, avant que ne commence la parade de releveurs.

Aussi, la pression exercée par les médias et les partisans est énorme.

Aussitôt qu’un frappeur franchit le cap de 20 matchs consécutifs, on commence à spéculer sur ses chances de rejoindre le grand numéro 5 des Yankees. On écrit des articles dans les journaux et les blogues. Toutes ses présences au bâton sont diffusées sur ESPN. Les partisans sortent les pancartes dessinées à la main. Les serveurs de Twitter et Facebook s’enflamment.

Et quand ce frappeur se présente à la plaque en septième ou huitième manche, qu’il n’a pas encore obtenu de coup sûr, à quoi pensez-vous qu’il songe ? Il n’a pas le temps de cligner de l’oeil que le releveur lui a lancé trois rapides à 99 sur le coin extérieur. Merci, bonsoir, séquence terminée.

Mais si vous me demandiez de choisir un ou deux joueurs qui pourraient y arriver, je choisirais deux jeunes joueurs d’avant-champ : Jose Altuve, des Astros, et Xander Bogaerts, des Red Sox.

Jose Altuve et Xander Bogaerts - crédit photo www.thescore.com
Jose Altuve et Xander Bogaerts – crédit photo www.thescore.com

Ces deux jeunes étoiles ont plusieurs facteurs jouant en leur faveur : ils frappent dans le haut de l’alignement (assurés d’au moins 3 présences par match), ils font contact régulièrement (déjà deux saisons de plus de 200 coups sûrs pour Altuve) et s’adaptent bien aux différents lanceurs.

Mais surtout, ce sont deux gars qui se présentent à chaque match et qui ne font pas les touristes à la plaque. Un peu comme le faisait DiMaggio, à l’époque.

Bogaerts a d’ailleurs connu une séquence de 26 matchs consécutifs plus tôt cette saison.

Publicité

Altuve, quant à lui, a plus de chances de fracasser le record de dix saisons consécutives de plus de 200 coups sûrs, qui appartient au japonais Ichiro Suzuki.

P.S. En date du 17 juillet, la plus longue séquence actuelle appartient au frappeur de choix Carlos Santana, des Indians de Cleveland, avec… 14 matchs ! Je pense que le légendaire voltigeur des Yankees peut dormir tranquille.

Interactions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *